Après la formation du gouvernement, le RPG traverse une période de turbulence

Alors que le président Alpha Condé, reste toujours le président du RPG-Arc-en-ciel, le parti au pouvoir traverse depuis un certain temps une crise née de la formation du nouveau gouvernement.

A deux ans de la fin du deuxième quinquennat, les frustrations se multiplient au sein du parti présidentiel.

Beaucoup de militants du RPG-Arc-en-Ciel ne sont pas contents de la nomination des certains opposants dans le gouvernement (Mouctar Diallo et Aboubacar Sylla) et le remerciement d’autres militants de premières heures (Damantang Camara et Kalil Konaté,…). Pendant que dix sept anciens ministres ont été reconduit dans le gouvernement dirigé par Kassory Fofana.

Ces frustrés de la mouvance présidentielle, qui estiment avoir mouillé les maillots se disent oubliés dans le partage du gâteau. Ils protestent contre l’intégration des opposants dans le gouvernement et ils avaient menacé de fermer le siège samedi dernier, alors que plusieurs militants du parti présidentiel sont dans l’oubliette.

Des rumeurs faisant état de la fermeture du siège, le samedi  dernier avaient poussé le Chef de l’Etat à se rendre en  personne au siège pour prendre part à l’assemblée générale hebdomadaire et mettre en garde les fauteurs des troubles.

Très remonté contre cette attitude de certains militants manipulés par les chercheurs des postes, le président Alpha Condé a rappelé d’abord que le tout le monde ne peut pas être ministre, avant de  menacer les fauteurs des troubles.

« Ce que les militants du RPG doivent savoir, pendant longtemps, le gouvernement n’a pas communiqué. Donc le rôle des militants du RPG aujourd’hui, c’est d’être sur le terrain en permanence près des populations expliquer ce qui a été fait, mais surtout ce qui va être fait. Il ne faut pas accepter que parce que certains cadres n’ont pas été ministres. On ne peut pas former un gouvernement de 200 personnes ministres. Tout le monde ne peut pas être ministre en même temps, il y a des cadres qui s’agitent qui ne sont pas dans le gouvernement. Mais j’ai prévenu tout le monde, on acceptera plus de pagaille en Guinée, que ça soit de l’opposition ou de la mouvance. Toute personne qui empêchera une structure de marcher il sera sanctionner, donc je préviens. Toute personne qui dira qu’il va fermer ici il se retrouvera à la gendarmerie. », a prévenu le numéro un guinéen qui s’excuse tout de même auprès des femmes pour leur faible représentativité..

Et Alpha Condé d’insister : « Quiconque viole la loi sera sanctionné. Quelqu’un peut militer pendant 20 ans pour le RPG, s’il viole la loi, il sera sanctionné.  Je préviens tout le monde, la pagaille qu’il a eue ici il y a un à deux ans, c’est fini ».

S’adressant au nouveau gouvernement, le Chef de l’Etat a lancé un avertissement : «Le nouveau gouvernement le sait déjà. Tout ministre qui ne fera pas son travail, qui restera assis dans son bureau, va partir. Votre rôle, c’est de se mettre au travail », a-t-il avertit.

A bon entendeur salut !

Ibrahima Sory Camara, www.kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.