Après les menaces du député Soumah : le délai de deux semaines…

Un délai de deux semaines a été donné au gouvernement et à Alpha Condé afin de dénicher les auteurs et commanditaires des menaces proférées à l’endroit du député UFDG, Aboubacar Soumah. Faute de quoi, on descend dans la rue. Ainsi en a décidé la coordination de la Basse Guinée réunie dimanche dernier à Hamdallaye, au tour du patriarche El Hadj Sekhouna Soumah. La Basse-côte ne veut pas attendre à ce que la menace soit mise à exécution pour réagir. En même est mieux ! La semaine dernière, des inconnus ont appelé le député UFDG. Et voici le témoignage de l’honorable.

« Je n’étais pas chez moi quand ces individus armés ont attaqué mon domicile. Ils pensaient que j’étais là. Je pense que cette est liée aux menaces de mort dont j’ai été victime. Un individu me reprochait en début de semaine d’avoir révélé aux medias leur présence au lycée de l’Excellence et qu’il fera tout pour m’éliminer ainsi que tous les cadres soussous qui soutiennent les peulhs et Cellou Dalein Diallo. Ils se sont pris à ma Mercédès, les portières de dernière ont été cassées, la radio emportée avec d’autres accessoires de la voiture. »

Selon le député, une plainte est introduite à la DPJ et certainement, une enquête doit être mise en branle. Cette visite d’inconnus au domicile du député intervient au moment même où le corps d’un autre responsable du même parti attend, dans une morgue, son enterrement. Tout de suite, des ressortissants de la coordination de la Basse Guinée montent au créneau et dénoncent. Aujourd’hui, ils ont décidé la voie à suivre.

Jeanne FOFANA, Kabanews

.

  1. Oumar dit

    Selon nos sources d’information le sieur Soumah était lui même présent au lycée ou il n’y avait que les cadres intellectuels du parti. Ce même lieu a connu la visite des. Députés UFR de Matoto en la personne de h. Doumbouya et une collègue députée UFR elle aussi.
    Dieu est vérité !

Répondre |
Annuler la réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.