Arkadi Babtchenko, le journaliste russe, est bien vivant : revivez le fil des événements

Bonjour il est temps pour nous de fermer ce direct, merci à toutes et à tous pour vos nombreuses questions. Vous pouvez retrouvez ci-dessous le récit de ces dernières heures. 

 

 

 

 

Bonjour Elias, d’après le journaliste russe Arkadi Babtchenko, les personnes arrêtées avaient sa photo de passeport qui a pu être seulement prise au service des passeports russes. Donc selon lui, c’est une preuve de l’implication des organes de l’Etat dans cette tentative de meurtre. 

 

La réaction des collègues d’Arkadi Babtchenko en direct

 

 

Le compte Twitter de Radio Svoboda a diffusé la vidéo de l’explosion de joie des journalistes de la chaîne de télévision ukrainienne ATR, où travaillait Arkadi Babtchenko, au moment où les services secrets ukrainiens annonçaient qu’il était bien en vie. 

 

 

Reporters sans frontières condamnent une simulation « navrante »

 

La mise en scène du meurtre du journaliste Arkadi Babtchenko par les services ukrainiens est « navrante », a condamné mercredi le secrétaire général de Reporters sans frontières (RSF), Christophe Deloire.

Si la réapparition du journaliste est « un grand soulagement », « il est navrant et regrettable que les services ukrainiens aient joué avec la vérité, quel qu’en soit le motif », a-t-il déclaré à l’Agence France-Presse.

 

Deux hommes arrêtés dans l’affaire du « faux meurtre »

 

Le tueur, appréhendé, est un ressortissant ukrainien, ancien soldat ayant combattu dans le Donbass, qui aurait été recruté par l’un de ses amis contre la somme de 40 000 dollars. L’homme aurait accepté de collaborer avec la police et bénéficie pour l’heure du statut de témoin, a indiqué le chef du SBU, Vassyl Grytsak.

 

Le commanditaire, également citoyen ukrainien et ancien combattant, a de son côté été arrêté mercredi à Kiev. C’est lui qui aurait été en contact avec les services secrets russes, selon le récit fait par la partie ukrainienne. « Nous poursuivons notre enquête et nous avons mené plusieurs perquisitions », a précisé M. Grytsak. « Nous devions faire croire aux représentants des services spéciaux russes que l’assassin avait rempli sa mission », a aussi expliqué le député Anton Guerachtchenko, conseiller auprès du ministère de l’intérieur.

 

 

Bonjour Johnny, l’édito du Monde de demain devrait être consacré à cette histoire. Et plutôt que parler « d’erreur », nous estimons avoir été trompés comme tout le monde (médias, responsables politiques, famille d’Arkadi Babtchenko…) par les services ukrainiens. 

 

 

Bonjour Mike, oui il s’agit bien du tueur qui a été appréhendé. Il s’agit d’un ressortissant ukrainien, ancien soldat, qui aurait été recruté par les services russes contre la somme de 40 000 dollars. 

 

Bonjour Marie, non, visiblement personne de sa famille n’était au courant de cette mise en scène. Le journaliste russe Arkadi Babtchenko a même présenté ses excuses à sa femme mercredi, car elle aussi le croyait mort. « Je suis désolé mais il n’y avait pas d’autre possibilité. Il a fallu deux mois pour préparer l’opération. J’ai été mis au courant il y a un mois », a expliqué M. Babtchenko.

 

En revanche, les services de sécurité ukrainiens ont cependant assuré que sa famille était au courant de l’opération. 

 

Bonjour Ph_, oui tout à fait. Les services ukrainiens ont affirmé mercredi que les services spéciaux russes avaient ordonné l’assassinat du journaliste et qu’un homme de main ukrainien avait été recruté pour 40 000 dollars.

 

Photo d’Arkadi Babtchenko prise mercredi lors de la conférence de presse à Kiev

 

 

Le journaliste russe Arkadi Babtchenko (au centre), le procureur général ukrainien Iouri Lutsenko (à droite) et le chef du service de sécurité de l’Etat (SBU) Vassil Grytsak, participent à une conférence de presse à Kiev, en Ukraine, le 30 mai (Valentyn Ogirenko/Reuters).

 

Une mise en scène pour piéger la Russie

 

Au cours d’une conférence de presse surréaliste mercredi, où le journaliste russe Arkadi Babtchenko est apparu bien vivant, le chef des services de sécurité ukrainiens Vassil Grytsak a expliqué l’objectif de cette mise en scène : 

 

« Grâce à cette opération, nous avons réussi à déjouer une provocation cynique (la mort de M. Babtchenko) et à documenter les préparatifs de ce crime par les services spéciaux russes. »

Moscou et Kiev s’accusaient mutuellement du meurtre 

 

Alors que tout le monde croyait en la mort du journaliste russe Arkadi Babtchenko mercredi, Kiev et Moscou se sont accusés mutuellement toute la journée de ce qui s’est révélé finalement être un « faux meurtre ». M. Babtchenko était connu notamment pour être un virulent opposant au président russe Vladimir Poutine. 

 

« Je suis sûr que la machine totalitaire russe n’a pas pardonné son honnêteté », avait lancé le premier ministre ukrainien Volodymyr Groïsman sur sa page Facebook dans la nuit de mardi à mercredi. Ces propos ont été aussitôt condamnés par le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov : « Arkadi Babtchenko a été tué (…) et déjà le premier ministre ukrainien affirme que sont responsables les services spéciaux russes (…) C’est très triste. »

 

Le directeur des services de sécurité russes (FSB), Alexandre Bortnikov, a aussi rejeté les accusations ukrainiennes comme « absurdité » et « provocation ». « On dirait qu’ils délirent », avait-il lancé à Interfax.

Bonjour à toutes et à tous et bienvenue dans ce direct consacré au coup de théâtre qui s’est déroulé il y a quelques minutes à Kiev. L’Ukraine a annoncé lors d’une conférence de presse avoir mis en scène l’assassinat du journaliste russe Arkadi Babtchenko, qui est apparu bien vivant. 

 

Vassil Grytsak, chef de la sécurité d’Etat ukrainienne, a déclaré que l’agence avait falsifié la mort d’Arkadi Babchenko pour arrêter ceux qui tentaient de le tuer.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.