Arnaques dans les CHU de Conakry : payez avant de rentrer !

En Guinée, quand on échappe aux arnaques au niveau des barrages de circonstances et/ou règlementés qui infestent l’arrière-pays ou les routes cabossées de la capitale, au niveau des structures sanitaires, notamment les Centre hospitalo-universitaires (CHU), on est contraint de mettre la main à la poche. Autant mettre sous le fronton : Payer avant de rentrer !

Quoi de plus normal si le reçu de 15 à 20 mille GNF perçu à la rentrée pour permettre au patient de se rendre chez son médecin traitant était largement suffisant pour se faire ausculter ! Il reste qu’à Donka et Ignace Deen, entre autres, les barrages d’arnaques sont bien nombreux. A trois niveaux on laisse très souvent des billets de banque. Soit avec les vigiles pour lever le barrage. Soit avec les caisses officielles avant de glisser le reste du contenu du portefeuille au médecin, une fois entre les quatre murs. Les montants varient de 25 mille à 50 mille GNF. Le tout cumulé, le patient s’en sort en y laissant au moins 75 mille GNF, sans compter les ordonnances et les faux examens biomédicaux.

Cette situation agace plus d’un. Mamadou Lamarana était récemment à l’INSE de Donka, son enfant malade a été hospitalisé. Première halte : à la caisse, à la rentrée du CHU. Cela devrait suffire, en principe, mais, après la visite, « J’étais obligé de donner 30 mille GNF au pédiatre, sans trop savoir où ira cet argent si ce n’est dans les poches du médecin. » Ce père de famille s’offusque par ailleurs le fait que des vigiles aient fait payer, comme ticket d’entrée, son neveu venu rendre visite au bébé malade. Ces cas et d’autres encore sont légion dans les CHU. Même spectacle à Ignace Deen, même pratiques, mêmes arnaques.

Ces hôpitaux nationaux sont donc devenus des lieux d’affaires et d’immoralité. De la rentrée aux tables de soins, jusqu’aux cabines des patients. Où est passé Hippocrate? Certainement, il s’est mué en hypocrite. Triste !

Jeanne Fofana, www.kababanews

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.