Arrestation d’un militant du PEDN : Le parti de Lansana Kouyaté réagit

Suite à l’arrestation inattendue d’Ibrahima Kall, militant du PEDN des premières heures, le parti de Lansana Kouyaté dénonce une violation grave des droits de l’homme et exige sa libération.

Dans une déclaration, le PEDN se dit surpris de l’attitude des autorités judiciaires et déplore le trafic d’influence qui a prévalu, après le refus de Mr Kallo de retirer sa plainte contre un militant du RPG. Lisez….

« Le Bureau Exécutif National du Parti de l’Espoir pour le Développement National (PEDN), après un nouveau constat de violation de droit de l’homme et de liberté politique, attire à nouveau l’attention de la communauté nationale et internationale des abus des autorités publiques sur un responsable du PEDN.
Suite aux injures, diffamation et menaces de la part d’un militant du RPG arc en ciel Mamady Kaba, un responsable du Comité National de la Corporation du PEDN, Ibrahima Kallo a porté plainte à travers l’avocat du Parti en référence des articles 371, 374, 290 et 293 du Code Pénal au Tribunal de Première Instance de Conakry 3, Mafanco.
Le Procureur de la République par intérim, transmet la plainte formulée par notre responsable au Commandant de la Compagnie d’Intervention et de Sécurité de la Gendarmerie de Madina, aux fins d’enquêtes et procès verbal. Le mis en cause interpellé passe un coup de fil mobilisant des responsables du RPG arc en ciel, qui influencent le haut commandement pour la libération de leur militant. Ce qui fut fait et c’est Monsieur Ibrahima Kallo qui se retrouve en prison.
Refusant retirer sa plainte contre le militant du RPG arc en ciel en contre partie de sa libération, selon l’instruction de la hiérarchie du corps, il est immédiatement transféré à l’Escadron Mobile numéro 3 de Matam. Pourquoi il fait 72 heures de geôles pendant que ce dernier se promène dans la ville.
Le PEDN condamne ce comportement et exige la libération immédiate de son responsable politique. Il exige l’identification de tous ceux qui ont contribué à violer les droits de l’Homme et la liberté politique et une punition à la hauteur de leur forfaiture. »

Conakry le 20 Avril 2016

www.kababachir.com

  1. Kadiatou dit

    Si cette accusation du parti PEDN, est avérée, le gouvernement devrait cesser de tyraniser les citoyens, sous prétexte qu’ils sont dans l’opposition, nous sommes tous enfants de ce pays qu’est la GUINÉE.
    Être en désaccord avec l’ état ne veux pas dire « ennemis publics « .
    Nkoro Alpha, « la démocratie » n’est pas un vain mot, vouloir le pouvoir c’est accepter des compromis , même lorsque qu’il y a divergences d’opinions, c’est accepter le partage, c’est travailler ensemble mains dans les mains avec tous (quelque soit le parti politique ou apolitique ) et non pas confisqué tout le pouvoir entre les mains d’une personne comme vous le faites.
    Pour quelqu’un qui a été soi disant  » professeur de droit en France  » c’est la 1ère chose qu’on apprend en 1ère année fac de droit « le respect des droits de l’homme « . ..

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.