Les artistes rencontre Alpha Condé: Soul Bang’s, ignoré !

« Je n’ai pas été invité et ce n’est pas normal. C’est un manque de respect à mon égard, le fait que je ne sois pas associé. Isto a mon contact, s’il ne l’a pas fait, c’est un refus. » Soul Bang’s auréolé de son titre Découverte RFI est fâché contre les organisateurs de la rencontre avec Alpha Condé. Il l’a fait savoir jeudi, à Conakry sur les ondes d’une radio locale.

Il a aussi tranché dans le vif, cette déclaration du président faisant état d’un soutien que Bolloré aurait accordé à l’artiste. « Bolloré ne m’a jamais appuyé, plutôt Antonio Souaré, NTN et mon père spirituel », se lâche-t-il. Pour venir en appui, Isto Keira s’est d’abord excusé auprès de Soul Bang’s avant de tenter de nier la déclaration d’Alpha Condé pour se raviser enfin, suite à l’écoute d’un extrait. Pour Isto, cette rencontre est une initiative du président. Ce n’est quand même pas une excuse.

En effet, Soul Bang’s auteur-compositeur-interprète âgé de 24 ans n’est plus un artiste ordinaire, ne serait que les titres qu’il a engrangés ces derniers mois sous les couleurs nationales. Ce jeune artiste fit ses débuts vers l’âge de 11 ans, en intégrant un groupe de rap du nom de Micromega. « Après cette expérience collective, le jeune homme cherche sa voie et son propre style. Il apprend à jouer de plusieurs instruments tels le piano et la guitare. Finalement en 2011, Soul Bang’s sort son premier album intitulé Dimeni. Ses featurings sont nombreux sur les albums d’artistes comme Banlieuz’art, ou Diziz la Peste. Avec la mixetape Evolution Vol. 1, il assoit un peu plus sa notoriété. Il participe aussi au projet de chanson américaine Break The Silence (Bring back Our Girls) pour demander le retour d’une centaine de jeunes filles enlevées par Boko Haram au Nigeria. »

Soul Bang’s chante dans les différentes langues de son pays (poular, soussou, malinké) ainsi qu’en français et en anglais. Si ce n’est pas par mauvaise foi, il est bien difficile d’omettre ce jeune artiste. C’est pourquoi, Soul lui-même dénonce ce qu’il appelle l’hypocrisie dans le milieu de la culture guinéenne. Suivez son regard.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.