Asile et protection des réfugiés en Guinée : les députés en conclave !

Boureima Condé marque des points avec l’ouverture le lundi 13 aout, des travaux de la session extraordinaire du projet de loi des finances rectificatives de l’Assemblée nationale.Cette session extraordinaire a entre autres ordres du jour, l’examen de loi portant asile et protection des réfugiés en Guinée.

En effet, il y a moins de 20 jours, Boureima Condé faisait une communication devant ses pairs du gouvernement. Il avait soumis pour examen le projet de Loi relative à l’asile et à la protection des réfugiés en République de Guinée. C’était à la faveur du conseil des ministres, à Conakry. Boureima Condé a soutenu que le présent projet de Loi qui révise la loi L/012/AN du 10 août 2000 renforce le cadre légal permettant de répondre aux changements intervenus dans un monde en constante évolution.

Il sera question de  trouver les solutions durables aux problèmes des réfugiés comme l’intégration locale des réfugiés qui le souhaitent ; de contrôler les flux migratoires mixtes et irréguliers et l’accès à nos frontières ; de lutter contre le trafic d’enfants et contre la traite d’êtres humains sous le couvert de l’asile ; de se conformer aux instruments juridiques sous régionaux (CEDEAO, OUA). Par ailleurs, Boureima Condé est revenu sur les conflits sociaux récurrents en Guinée.Il a indiqué que les causes principales et sous-jacentes sont liées aux conflits entre agriculteurs et éleveurs, à l’exploitation des domaines d’orpaillage artisanal et de l’agriculture, à la gestion des mares pour la pêche des ressources halieutiques, ainsi qu’aux différents d’ordre confessionnels.

Désormais, on note l’existence d’un répertoire non exhaustif de la cartographie des conflits et des crimes commis ces derniers mois dans les différentes régions administratives. Pour avoir une réelle visibilité, Boureima Condé prendra son bâton de pèlerin afin mieux cerner la cartographie. Mais déjà, il aura réussi à faire passer son projet de loi. Il marque ainsi des points. C’est tant mieux.

 

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.