Assainissement :La Société civile lance la campagne “Réveillons le Civisme en Nous’’

Le rond point de Bambéto a servi de cadre ce dimanche 26 février, au lancement de la première édition de la ‘’Journée spéciale de civisme’’ intitulée  « Réveillons le Civisme en Nous ». L’initiative est du Conseil National des Organisations de la Société civile Guinéenne (CNOSCG).

Selon les organisateurs, la démarche vise à débarrasser les principales artères de la capitale guinéenne des ordures, une semaine seulement après les violences consécutives à la grève des enseignants,  où des pertes en vie humaines et des dégâts matériels importants ont été enregistrés dans plusieurs endroits à Conakry.

Au total, 8 équipes constituées des jeunes et des femmes, ont été déployées sur le terrain. Du rond de point de Bambéto, où les dégâts  des violences de la semaine dernière sont encore visibles, au rond point de Belle vue, en passant par Hamdallaye et Concasseur ou encore le rond point de Gbessia Kondéboundji , sur l’autoroute Fidèle Castro, jusqu’au pont Kénien, en passant par Bonfi , des équipes des jeunes volontaires munis de balais, des pelles ou encore de cache-nez,  ont assaini plusieurs endroits des rues de Conakry.

Pour Dansa Kourouma, Président du CNOSCG, cette mobilisation des citoyens pour cette première édition, est une grande satisfaction morale pour les organisateurs, en ce sens que c’est un ‘’acte de civisme’’.

‘’Je suis satisfait parce que c’est un mouvement qu’on a commencé avec 120 volontaires. On s’est retrouvé en fin de journée avec près de 800 personnes. Cela prouve que les gens ont de l’intérêt à ces actes de civisme. Vous voyez tout le monde n’est pas en tee-shirt, parce qu’on a planifié avec 120 personnes, uniquement pour la route ‘’Le Prince’’. Mais avec l’engouement que cela a suscité, on s’est retrouvé avec un nombre qui nous a permis de constituer des équipes sur les principaux axes routiers’’, s’est réjoui le président  du Conseil National des Organisations de la Société civile Guinéenne.

Toutefois, déplore Dansa Kourouma, ‘’nous n’avons pas été accompagnés par des camions pour ramasser les ordures, on est obligé donc de mettre dans les sachets noirs et entreposer au bord de la route dans l’espoir que la nuit, un service de ramassage viendra dégager ces ordures.’’

A la question de savoir si le CNOSCG a bénéficié d’un appui des autorités ou des partenaires, Dana Kourouma répond :

‘’Nous avons formulé une demande auprès du Gouvernorat de la ville de Conakry, qui est prêt à nous accompagner, mais pour l’instant cet accompagnement n’a pas été matérialisé.’’

Mais selon le président de la Société civile guinéenne, l’objectif n’est pas de rendre propre toute la ville de Conakry, parce que, rappelle-t-il, la gestion de déchets n’est pas un fait de hasard, c’est quelque chose qui demande des gros moyens. Il s’agit, selon le Président du CNOSCG, d’une opération de coup de balai, un acte de civisme auquel tout citoyen guinéen devrait prendre conscience pour apporter sa contribution dans l’assainissement de la ville de Conakry.

Au regard du résultat satisfaisant enregistré pour cette première édition, Dansa Kourouma et son équipe se proposent de poursuivre cette campagne, tout en invitant les autorités à tous les niveaux, à s’investir activement dans cette opération d’assainissement, dont l’objectif est de donner une image attrayante à la capitale guinéenne et prévenir les risques des maladies.

Abdoul Wahab Barry, www.kababachir.com

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.