ASSEMBLEE NATIONALE : Claude Kory Kondiano réclame un peu plus d’autonomie pour son institution

 

Le président du parlement guinéen n’est pas du content du fait que son institution soit financièrement subordonnée au bon vouloir du pouvoir exécutif. Sa colère, il l’a exprimée dans son discours d’ouverture de la session budgétaire de ce mercredi 8 octobre 2014.

 

A l’entame de son propos, il posé le constat selon lequel les rapports entre l’Assemblée nationale et le pouvoir exécutif ne sont pas toujours bien compris par ceux sont en charge de les gérer. A l’en croire, ces derniers ne comprendraient pas en particulier que « l’autonomie financière de l’Assemblée Nationale procède du principe de la séparation des pouvoirs entre l’Exécutif et le Législatif, consacrée par notre Constitution ».

 

Et pour qu’il n’y ait plus d’amalgame, Claude Kory Kondiano a voulu être le plus clair possible : « l’Assemblée Nationale est entièrement autonome et ne doit donc, en rien, être influencée par l’Exécutif tant pour l’établissement de son budget que pour le décaissement du montant de celui-ci, qui doit s’effectuer en une seule tranche et non pas par tranches trimestrielles comme cela se fait actuellement ». Voilà qui est dit. Il reste à savoir si les destinataires du message l’ont compris.

Anna Diakité, Kabanews 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.