Attaque au couteau : flou après la mort du suspect

Au Mali, la mort de l’auteur de l’attaque au couteau contre Assimi Goïta survient moins d’une semaine après son arrestation et soulève des questions.

« Au cours des investigations, son état de santé s’est dégradé ». C’est ce que l’on peut lire sur le communiqué du gouvernement malien, diffusé hier soir sur la télévision nationale.

Le communiqué précise que le présumé coupable a été admis à l’hôpital Gabriel Touré avant d’être transféré au CHU du Point G où il est décédé.

Pas d’identité, pas de cause de décès. La personne accusée de tentative d’assassinat sur la personne du président de la transition, Assimi Goïta, reste anonyme. Un nom en particulier commençait à tourner sur les réseaux sociaux sans que nous ayons pu le confirmer.

Si une autopsie « a été ordonnée » par le gouvernement, qui doit d’ailleurs être rendue publique, cette déclaration soulève de nombreuses questions.

Ecouter le sujet de Paul Lorgerie, notre correspondant à Bamako en cliquant sur le lien ci-dessous:

https://www.dw.com/fr/mali-auteur-attaque-au-couteau-mort-questions/a-58650651

Conditions de détention et décès suspects

A commencer par les raisons du décès, bien sûr, mais également les conditions de détention du suspect, comme s’interroge Aguibou Bouaré, président de la Commission nationale des droits de l’Homme, la CNDH.

« Qui est ce suspect ? Son identité ? Au niveau de quelle unité d’enquête était-il gardé ? Est-ce qu’il était dans une maison d’arrêt à Bamako ou ailleurs ? Et dans quelle circonstance est-il décédé ? », interroge M. Bouaré. 

Selon le juriste, il s’agit d’une « mort en détention », et toute la lumière doit être faite à travers une enquête: 

« Ce qui vient de se passer, on n’a aucune information dessus. On ne sait même pas si la personne était détenue dans un lieu de détention légal. Car nous l’avons toujours dit, la sécurité d’Etat n’est pas un lieu de détention légal. »

Le président e transition Assimi Goïta avait qualifié l’attaque au couteau d'acte isolé
Le président e transition Assimi Goïta avait qualifié l’attaque au couteau d’acte isolé

Plusieurs sources avaient en effet confirmé que la personne appréhendée se trouvait dans les locaux de la sécurité d’Etat pour interrogatoire, avant qu’une enquête du tribunal de la commune II soit diligentée.

Le gouvernement malien a affirmé que l’enquête n’était pour autant pas close car, contrairement à ce qu’avait dit Assimi Goïta quelques heures après l’incident, « il ne s’agissait pas d’un élément isolé », toujours selon le gouvernement.

Source: dw.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.