Attaque contre un maire en Guinée (Siguiri) : « Ils voulaient m’éliminer »

Armées de machettes et de gourdins, plus d’une centaine de personnes ont attaqué le maire de Siguiri, une ville située dans l’est de la Guinée, le 23 mai. Une attaque d’une rare violence, faisant suite à deux années de tensions sur fond de rivalités politiques.

Le maire de Siguiri, Aboubacar Sidiki Traoré, est la tête de cette ville d’environ 30 000 habitants depuis mai 2014, après avoir officié en tant que vice-maire. À l’époque, il avait succédé à Nanamoudou Magassouba, décédé six mois plus tôt.

Aucune élection n’avait été organisée pour remplacer l’édile à ce moment-là. Lors d’un conseil municipal spécial, Aboubacar Sidiki Traoré avait alors été désigné pour lui succéder. Mais ce choix n’avait pas été du goût de tout le monde, à commencer par les partisans de l’autre prétendant au poste de maire, Yamoussa Sylla.

Les deux hommes appartiennent pourtant au même parti politique, le Rassemblement du peuple de Guinée (RPG), du président de la République Alpha Condé. Mais certains militants du RPG reprochent au maire d’avoir été membre d’une formation politique rivale dans le passé, le Parti de l’unité et du progrès (PUP) de l’ex-président Lansana Conté, mort en 2008.

Depuis deux ans, des incidents éclatent donc régulièrement entre les pro et anti-maire à Siguiri : tabassages de militants, locaux saccagés… Mais c’est la première fois que le maire est directement attaqué.

Ce véhicule, qui appartient au maire et qui se trouvait devant ses bureaux au moment de son agression, a été en partie détruit. Photo : Guineematin.com

« J’ai été blessé à la tête avec un coupe-coupe »

Le maire de Siguiri revient sur l’agression dont il a été victime, depuis son lit d’hôpital.

Plus d’une centaine de personnes sont arrivées, alors que je me trouvais dans mon bureau. J’ai reconnu parmi elles des proches de Sékou Savané, un député local du RPG. Certaines étaient armées de machettes, de coupe-coupes [une sorte de grand sabre, NDLR], de fusils, de lance-pierres et de gourdins. J’ai été roué de coups, puis traîné dehors, où j’ai encore été frappé et blessé à la tête avec un coupe-coupe. J’ai entendu quelqu’un dire : « On va l’éliminer physiquement ! »

Par chance, des voisines se sont alors mises à crier et m’ont sauvé, en m’emmenant dans une cour. Ensuite, les gendarmes sont arrivés et m’ont conduit à l’hôpital car je saignais.

Une fois à l’hôpital, ma femme est venue me rendre visite. Les gens qui m’avaient attaqué se sont alors rendus chez moi : ils ont chassé mes enfants, puis détruit en partie ma voiture, cassé les portes de ma maison, volé des meubles, des bijoux, des habits…

Ce véhicule du maire a été partiellement détruit à son domicile. Photo : Guineematin.com

Actuellement, je suis en train de me faire soigner, car j’ai une plaie à la tête et à l’orteil, et des douleurs un peu partout dans le corps.

Le domicile du maire a été attaqué également. Photo : Guineematin.com

Le maire, actuellement à l’hôpital préfectoral de Siguiri, a une plaie à la tête. Photo : Guineematin.com

 « Ses opposants en sont venus aux mains probablement car ils n’obtiennent pas ce qu’ils désirent autrement »
Dino Mory, qui travaille pour une radio locale communautaire, a assisté à l’agression du maire.

Le maire a été battu par des proches du comité directeur local du RPG. Beaucoup portaient des foulards jaunes [la couleur du RPG, NDLR]. Ils criaient : « Vive la délégation spéciale, vive Sékou Savané [le député, NDLR], vive le changement, à bas le maire ! » Ils se sont également rendus chez des proches du maire pour les intimider, ont brûlé une moto et fracassé une voiture en ville…

En fait, ces gens souhaitent la mise en place rapide d’une délégation spéciale à Siguiri, qui gérerait les affaires courantes et préparerait les élections municipales prévues dans trois mois, car il n’y en a pas eu depuis 2005. Elle remplacerait donc l’équipe municipale actuelle. [La mise en place de ces délégations dans une centaine de communes est prévue depuis le 20 août 2015, date d’un accord signé entre le pouvoir et l’opposition, NDLR.]

« C’est la première fois qu’il est agressé »

Pourtant, selon moi, l’équipe qui dirige la ville s’en sort tout à fait correctement et il serait un peu absurde d’en mettre une en place nouvelle pour trois mois. C’est donc un souhait purement politique : l’objectif des opposants au maire est de le remplacer par des gens censés être plus proches du RPG, en vue des élections. [C’est un proche de Sékou Savanéqui doit être le président de cette délégation spéciale, NDLR.] Comme le maire est un ancien membre du PUP, ses détracteurs estiment qu’il n’est pas vraiment du RPG…

Depuis deux ans, il y a déjà eu des confrontations, Aboubacar Sidiki Traoré et ses proches ont déjà été intimidés à plusieurs reprises, mais c’est la première fois qu’il est agressé. Je pense que ses opposants en sont venus aux mains car ils ne parviennent pas à obtenir ce qu’ils veulent autrement. Alors que ce n’est pas une solution…

Depuis lundi, quatre hommes suspectés d’avoir participé à l’agression ont été interpellés par la gendarmerie, selon le préfet local.

 ARTICLE ÉCRIT EN COLLABORATION AVEC
Chloé Lauvergnier ,Journaliste francophon
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.