Autorités et acteurs locaux de Boké et Boffa en formation sur le financement des investissements

Pour une utilisation optimum de la manne financière dans les collectivités locales, le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), le Fonds d’Equipement des Nations Unies (UNCDF) en collaboration avec le Gouvernement guinéen et la Chambre des Mines de Guinée (CMG), ont lancé lundi, 21 décembre 2020, dans la Région administrative (RA) de Boké, une série de renforcement des capacités des autorités communales et acteurs locaux sur la maîtrise d’ouvrages des préfectures de Boké et Boffa.

La rencontre de deux (02) jours vise à outiller les autorités communales dans l’identification, la structuration et l’obtention de financement pour les investissements structurants au niveau local.

Par le biais de ces séries de formation des autorités communales et acteurs locaux, le Gouvernement guinéen et ses partenaires techniques et financiers veulent aider à une meilleure connaissance du fonctionnement les contraintes liés à la gestion du FODEL.

Selon les organisateurs, les participants à ces séries de rencontres vont acquérir des capacités managériales leur permettant désormais de mieux préparer des projets structurants.

 Cependant, le pays (la Guinée) tient ces réformes en collaboration avec toutes les parties prenantes concernées, à mettre en œuvre une vision commune du développement du secteur minier afin de réduire la dépendance aux industries extractives et de permettre la diversification de l’économie nationale avec le développement d’autres secteurs au sein de l’écosystème établi pour l’exploitation minière. Toute chose qui nécessite une meilleure consultation entre toutes les parties prenantes   y compris les autorités locales.

Au regard de tous les commentaires, la Région administrative de Boké reste et demeure au centre de la stratégie de développement minier de la République de Guinée.

Pour la simple raison. Les préfectures de Boké et Boffa comptent 18 communes avec 662.861 habitants, selon le RGPH version 2014. Aussi, il existe de nombreuses entreprises ayant des permis d’exploitation.

Cependant, les Sociétés minières en phase d’exploitation ont déjà commencé à payer leurs contributions au FODEL représentant les 0,5% des entreprises minières.

En effet, pour la période 2015-2018 trois (03)  sociétés minières en exploitation ont payé plus de 40 milliards de francs guinéens pour le FODEL de Boké.

Du côté de la préfecture de Boffa, pour la période 2018, la société Bel Air mining a contribué au FODEL à plus d’1 milliard de francs guinéens.

Mamadouba Camara, Kababachir.com à Boké

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.