Les avocats de « Toumba » Diakité haussent le ton contre le ministre de la Justice

Les avocats de l’ancien aide de camp du capitaine Moussa Dadis Camara, Aboubacar Sidiki Diakité « Toumba », ont animé une conférence de presse ce mardi 23 mai à Conakry au cours de laquelle ils se sont exprimés sur les récents commentaires du ministre de la Justice et garde de Sceaux, Me Cheick Sacko, relatifs au dossier du massacre du 28 septembre 2009 au stade de Conakry. Pour Me Paul Yomba Kourouma et ses collègues, le ministre a fait preuve d’incompétence en “s’immisçant” dans cette affaire purement judiciaire. « C’est un handicapé intellectuel qui s’immisce dans le judiciaire », a-t-il lancé avec un ton ferme.

À l’origine de la colère des conseillers du célèbre prisonnier, détenu à la prison de Conakry, la récente sortie de Me Sacko suite à la décision de retrait des avocats du dossier qui accusent l’exécutif d’interférer dans cette affaire judiciaire. Constant que les droits de leur client ne sont pas respectés, les avocats de « Toumba » Diakité se sont retirés du dossier, du moins officiellement. Me Cheick Sacko a alors émis des critiques acerbes contre cette décision…

Une sortie que le collectif des avocats de l’ancien chef de la garde rapprochée de l’ex-président du Conseil national pour la démocratie et le développement (CNDD) n’ont guère appréciée. « Le ministre se fait passer pour une partie à ce procès, à traiter les avocats d’incompétents. Lequel sans titre ni droit en violation des prérogatives que la loi lui confère, mais qui, en réalité incarne l’injustice, la discrimination, le trafic d’influence, l’usurpation de titre et de fonction nous a frontalement attaqués », a indiqué Me Paul Yomba Kourouma, qui n’a pas hésité dans son intervention à remettre en cause la formation et la capacité intellectuelle du ministre de la Justice. « À travers cette sortie, [Me Cheick Sacko] est en train de remettre en cause ou en doute la crédibilité, la sincérité de ses diplômes ; s’il en a obtenu à la suite d’études, peut-être, saisonnières, saccadées et en dents de scie », a-t-il ajouté.

Les avocats du militaire appréhendé à Dakar en décembre dernier, après près de sept ans de cavale, ont affirmé leur refus d’assister à la confrontation entre Aboubacar Sidiki Diakité « Toumba » et Marcel Guilavogui, un autre accusé dans l’affaire du massacre du 28 septembre 2009, prévue ce jeudi 25 mai dans le cadre des investigations conduites par le pool de juges en charge du dossier. Après avoir demandé que le président de la République Alpha Condé soit entendu, les avocats du lieutenant Diakité continuent donc le bras de fer qui l’oppose à l’exécutif qu’ils soupçonnent de vouloir sacrifier client lors d’une parodie de procès en préparation.

Thierno Diallo, Kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.