Baadiko Bah (UFD), l’allié inconsolable

Un ami, un proche d’Alpha Condé. Mais le leader de l’UFD ne veut rien savoir du président actuel. Entre Baadiko Bah et Alpha Condé, l’idylle a tourné court depuis le lendemain de la dernière présidentielle. Avec elle, tous les autres espoirs de l’opposant devenu pour la circonstance, un allié du parti au pouvoir. Des années après, cet allié est aujourd’hui inconsolable. Il l’a fait savoir dans une sortie du reste âcre.

Extraits choisis : «Cette équipe choisie, non pas pour ses compétences ou sa probité mais presque exclusivement en remerciement pour les services rendus lors de l’élection présidentielle de 2010, s’est illustrée par ses cafouillages, ses ordres et contre-ordres, l’inertie face à des urgences, ses tâtonnements, son amateurisme et surtout par les nombreux scandales dont elle a été accusée par les rapports d’audit cités précédemment. Tous les investisseurs sérieux qui avaient accouru à l’arrivée du nouveau président ont fini par plier bagages. En matière d’investisseurs, ne nous restent que les francs-tireurs des mines et surtout les cimentiers, pollueurs à grande échelle. »

L’allié inconsolable ajoute : « Au deuxième quinquennat, en janvier 2016, nous avons eu le « gouvernement de technocrates apolitiques ou gouvernement de mission » dont on nous avait assuré qu’il allait enfin relever tous les défis du développement et rattraper le retard accumulé. Malheureusement, là aussi, le miracle n’a pas eu lieu. Des querelles de compétence éclataient entre des ministres dont certains se donnaient en spectacle jusque dans des conférences à l’étranger. Certains ministres étaient congédiés sine-die, tant ils traînaient des casseroles. Plus dramatique, certains membres de l’équipe gouvernementale étaient accusés « d’ouvrir plus souvent leur braguette que leurs dossiers », selon les termes jadis utilisés par un chef d’Etat célèbre. En deux ans d’exercice et devant tant d’échecs et de blocage politique, le Président n’avait pas d’autre choix que de les remercier. »

Le leader de l’UFD conclut : « Avec l’équipe entrante du 26 mai 2018, nous voilà sauvés, ou presque! Cependant, à l’examen, on se rend compte que le choix du Président s’est porté principalement sur des personnages qui méritent notre attention, tant le retour en arrière est évident pour celui qui a toujours été le chantre du changement. Nous avons d’abord des personnes réputées pour être les plus décriées et les plus discréditées, à la pire époque de la fin du régime du Général Lansana Conté. » Un clin d’œil à certains cadres :« Nous avons de sinistres personnages dont toutes les références idéologiques sont tirées du système dictatorial et sanguinaire du PDG qui a dévoré même leur géniteur! Ceux-là sont des revanchards impénitents, nostalgiques inconsolables des arrestations arbitraires, des pendaisons publiques, des exécutions massives d’innocents et des tortures de la « Cabine technique » au Camp Boiro de sinistre mémoire. Ils nous ont d’ailleurs prévenus que « la recréation est terminée ». Suivez son regard…

 

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.