Bah Oury glisse au RPG : un drôle de réhabilité, à la défensive !

Bah Oury a-t-il vraiment bénéficié de l’appui du pouvoir dans les démêlées judiciaires qu’il a eues avec l’UFDG ? C’est ce que croient le parti et ses avocats. Ceux-ci ont dénoncé cette immixtion probable de l’Exécutif dans le judiciaire.

Mais très vite Bah Oury, lui veut écarter Alpha Condé de cette bataille. Et du coup, il déclare dans une interview accordée à JA : « Ce sont des paroles de perdant. Du point de vue du droit, le conseil politique ne peut en aucune manière prendre de décision, rôle dévolu au bureau exécutif national. Mon exclusion était en violation des statuts du parti. Le droit a été dit à juste raison. Celui qui dit le contraire promeut la mal gouvernance. »

Peu suffisant pour convaincre l’UFDG. Auparavant, Fodé Oussou Fofana a imploré Alpha Condé de nommer l’exclu du parti de Dalein dans son gouvernement. Et, « S’il ne veut pas le nommer, mais comme le RPG Arc-en-ciel n’a pas de président en ce moment il n’a qu’à mettre Bah Oury à la tête du RPG Arc-en-ciel. Nous ne voulons plus de lui aujourd’hui, nous ne voulons plus de lui demain. L’ami de ton ami c’est ton ami et l’ami de ton ennemi c’est ton ennemi. Alpha Condé et Bah Oury sont devenus de même père et de même mère. Nous ne voulons d’Alpha, nous ne voulons pas de Bah Oury. »

Pour les avocats, intervenant lundi sur les ondes de la radio nationale, le pouvoir s’est largement impliqué dans le verdict réintégrant Bah Oury dans son parti. « Nous assistons à l’interférence permanente et infinie de l’exécutif dans des affaires judiciaires », se lâche un avocat. « Nous avons fait appel contre cette décision non fondée auprès de la cour d’appel », ajoute un autre. De toute évidence, « Nous sommes sereins et tant que le droit ne soit pas dit dans cette affaire, nous suivrons ».

Allons donc.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.