Bah Oury, Grenade, le garde de Dalein et le revolver

Bah Oury est cet homme qui jure sur tous les cieux qu’il en finira avec le président de l’UFDG, avant que celui-ci ne finisse son mandat ou n’arrive à Sékhoutouréya. L’exclu s’y emploie. Sans discontinuer. Il ne ménage ni sa peine, ni ses mots, ni ses maux ni son inspiration encore moins sa compromission. Pour y arriver, il accuse. Il diffame. Et se redit. Inlassablement. Inexorablement.

Actuellement, son sujet favori reste le cas Grenade. Celui-là qu’il accuse de détenir une arme de guerre. Et pourtant, il accusait le garde du corps de Dalein aussi. Le vent tourne autrement pour faire plaisir au régime, parce qu’il y a un vent de remaniement en vue dont il serait intéressé. Aujourd’hui, il demande à Dalein Diallo, l’ennemi à abattre de «clarifier sa responsabilité dans les accusations très graves et qui touchent à la stabilité de la Guinée et à la sécurité qui ont été portées contre lui. » Comme si cela ne suffisait pas, Bah Oury ajoute à vision Guinée : « Sur la base de preuves à ma disposition, le jeune Grenade était au siège de l’UFDG le 5 février 2016 avec un revolver caché sous son T-shirt. Nous avons des preuves que d’autres éléments proches de Dalein étaient également armés. »

Au début, Bah Oury disait que c’est le garde de Dalein qui avait un pistolet et qui a tiré sur lui mais la balle a malheureusement atteint Mohamed Koula Diallo. Aujourd’hui le même Bah Oury change de version : Boubacar Diallo alias grenade qui avait un revolver caché sous son T-shirt. Pauvre Bah Oury et ses incohérences. Demain, certainement, il dira que Dalein et cie ont une horde de rebelles pour déstabiliser le régime de Conakry et engloutir tout le monde, jusqu’à…Kigna (Pita).

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.