Bah Oury l’autre éternel jaloux du budget du CFO

Il vilipende l’UFDG, loin de la capitale guinéenne. Il traduit toute sa maladive jalousie au parti et à son leader. Notamment à cause du budget alloué au chef de file de l’opposition. Un budget qui pourrait lui attribué, si lui-même incarnait le statut de Dalein Diallo, en qualité de ‘’tête pensante’’ des opposants.

Mais Bah Oury, la tête baissée, jure d’en finir avec l’UFDG, par tous les moyens, y compris par cette haine viscérale et cette jalousie sans nom. Selon nos confrères d’africa Guinée, c’est à Pita, chez lui, qu’il est allé railler sur le parti qui l’a exclu et porter des accusations sur Dalein Diallo.

Extrait : «Nous nous sommes trompés de personnes, l’on pensait que certains (CellouDalein NDLR) étaient honnêtes. Nous avons pensé qu’on avait le même objectif, défendions les mêmes valeurs mais on s’est rendu compte il cherche l’argent, la richesse. C’est vrai ce n’est pas interdit de vouloir la richesse, il peut aller faire le commerce.Au lieu qu’il mette nos  vies  comme fonds de commerce. C’est la vie des uns et des autres qu’il vend vraiment. On ne s’est jamais mis en cause avec tous ces enfants abattus pendant les marches, on donne à leurs familles un sac de riz et 500 000 GNF. »

Selon Bah Oury, aujourd’hui l’UFDG éclate et des figures importantes démissionnent. Et pire, « Chaque jour des personnes comme des femmes blessées au stade du 28 septembre ou ailleurs viennent me voir pour demander Bah Oury aide moi je dois subir une opération parce qu’une balle est dans mon corps, je fais ce que je peux. » Pourtant accuse-t-il celui dirige le parti chaque jour que Dieu fait il a 17 millions de francs guinéens. Il dit que ça c’est pour lui seul, c’est pour son confort personnel.

Ces genres d’accusations brisent une carrière et ternissent dangereusement l’image d’une personnalité qui aspire à gouverner le pays. Mais, selon toute vraisemblance, Dalein Diallo et bien d’autres militants sont désormais immunisés contre les attaques frontales de Bah Oury et de sa réelle volonté de nuire. En tout cas, le parti ni son leader ne répondent plus à l’exclu de l’UFDG. Les sorties rigides sont de fait considérées comme des non-évènements.

 

Jeanne Fofana, Kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.