Bah Ousmane rattrapé : l’UPR, vers une mort certaine

Bah Ousmane a tué le grand héritage laissé par Siradiou Diallo : l’UPR. Ce leader politique dont le parti est quasiment fondu dans le RPG ne peut même plus gagner dans son propre village, à plus forte raison, se trouver des députés. Le parti tend vers une mort certaine. Samedi dernier, au cours de l’assemblée générale ordinaire du parti Bah

Ousmane, celui-là même qui se félicitait il y a juste quelques jours, d’avoir débauché des militants à l’UFDG s’est retrouvé à l’étroit, par le départ massif d’une colonne de jeunes. L’homme embarrassé déclare : « Nous avons mis en place le comité national des jeunes composé de 75 membres. Mais depuis qu’ils ont été présentés ici, ils ont été démotivés, démobilisés et ont lâché prise. Rares sont ceux qui militent au sein de ce comité. » L’UFDG est très vite indexée dans cette manœuvre.

C’est donc un espoir qui s’envole : « Nous avions porté notre espoir sur eux pour réaliser une mission. Si on ne peut pas avoir les 75, même si c’est 5, ils n’ont qu’à venir pour faire le travail. » Pourtant, c’est la même UPR qui déclarait que l’UFDG  a été abandonnée par les jeunes de l’axe Bambeto Cosa Cimenterie.

En réalité, ce n’était pas des militants mais chercheurs de fonds de commerce pour faire face à la cruauté de la vie quotidienne et au chômage ambiant. Bah Ousmane a été pris de court, déçu et entend frapper fort. Mais sans militants de l’axe. Il parait que là-bas c’est une forteresse imprenable. L’UFDG en est aux manettes. Mais jusqu’à quand ? Les élections locales départageront certainement le vrai de l’ivraie.

Jeanne Fofana, Kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.