Baisse de la TVA : où en est-on ?

 

Il y a une sorte de confusion qui alimente les débats actuellement. Certains estiment que la TVA a été revue à la baisse, d’autres continuent à s’insurger. De toute évidence, l’année prochaine, la TVA sera revue pour certains produits et annulée pour d’autres.

Ainsi, « Les produits alimentaires de base, les huiles alimentaires et la farine dont les taux étaient passés de 0 à 20% connaîtront au titre de la loi des finances 2017, un taux 0%. Ces produits seront exonérés de la TVA. D’autres dont le taux était passé de 18 à 20%, seront ramenés à 18%. » Cette décision du gouvernement est après tout politique avant d’être économique.

En effet  Dalein Diallo avait flétri cette envolée des taxes et impôts imposés par l’Etat à des contribuables guinéens longuement éprouvés par Ebola et autres facteurs liés à la gouvernance elle-même. « Si vous allez à des niveaux d’imposition plus élevés, vous augmentez la fraude fiscale. Quand les gens ne pourront pas payer, ils vont se fondre dans la nature et donc on perd en assiette fiscale. Nous sortons d’Ebola. Les gens sont appauvris par les effets de la crise. Le pouvoir d’achat est faible. Le dollar s’est apprécié », explique-t-on.

Vu donc cette situation dramatique, « Nous devons aider nos opérateurs économiques et nos populations à disposer d’un pouvoir d’achat important. Ceci dit, il y a des manques à gagner. Parce que ce package TVA représente à peu près 2% du PIB en termes de recettes. Cela fait à peu près 140 milliards de francs guinéens de recettes du fait de renoncer à ces TVA. »

En s’exprimant ainsi,  le ministre du Budget sait que c’est une transition fiscale plus raisonnable et économiquement plus viable. « On aura plus de personnes qui payent l’impôt mais à des niveaux relativement accessible suivant le pouvoir d’achat des uns et des autres », tranchet-il dans une interview accordée à la presse locale.

 

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.