Bantama, vers l’immixtion à outrance dans la gestion du Syli?

S’achemine-t-on vers une immixtion très poussée dans la gestion de l’équipe nationale de football, au moment même où les juniors ont honoré les couleurs nationales au CHAN au Cameroun, en raflant la 3è place devant le pays organisateur ? C’est du moins, la question qui revient sur toutes les lèvres, après la sortie du ministre des Sports.

Pour Bantama Sow, « A mon humble avis, je le dis haut et fort, ces jeunes n’ont rien à envier à l’équipe nationale sénior, absolument rien. Il faut éviter de faire appel à des joueurs juste parce qu’ils sont en Europe, qui ne jouent presque pas ou qui n’ont même pas de club. Nous devons tous nous donner la main, faire face à ceux qui doivent jouer ce rôle, leur dire que nous refuserons désormais qu’on appelle quelqu’un qui n’a pas de club en Europe et laisser de grands joueurs qui sont là et qui font la fierté de la Guinée. » Il est évident que cette sortie ne sera pas apprécié par certains footballeurs du Syli sénior. Bantama n’en a cure.

De toutes les façons, Isto Keira, auparavant, avait attiré l’attention de l’opinion : «Nous voulons que le football guinéen quitte la rue pour les centres de formations, que ce sport quitte les quartiers pour les terrains de football. Si quelqu’un prétend être entraineur, s’il  n’a pas le temps de résider en Guinée et de sillonner les capitales régionales à la découverte des talents, on ne peut plus continuer à prendre des plaisantins, c’est fini. » C’est dire que dans la composition de l’équipe type du Onze national, le Département va avoir un droit de regard. Et ce ne serait pas bien perçu. Didier Six est donc averti.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.