BASSE GUINEE : La promotion d’une autarcie suicidaire

Les plus naïfs avaient vu dans la désignation d’Elhadj Sekhouna Soumah comme Kountigui de la Basse Guinée, une volonté de ce dernier de se repentir et de sortir enfin des combines politico-ethniques sur lesquelles il a jusqu’ici surfé. Mais ces derniers sont aujourd’hui désagréablement surpris de constater qu’au contraire, l’empereur de Tanénè entend plutôt se servir de son nouveau statut pour mieux se faire valoir aux yeux du pouvoir en place. Et pour y arriver, il n’hésite pas à faire de l’ethnocentrisme son unique programme. En effet, à travers une pseudo-défense des intérêts des fils de la Basse Guinée, il a lancé un appel contre la vente des terres de cette région aux ressortissants d’autres régions du pays. En somme, il promeut une autarcie basse-côtière qui pourrait bien déboucher sur la traque et la chasse des autres ressortissants. 
Pour justifier une telle campagne, les tenants de cette doctrine de la vie en vase clos mettent en avant le fait qu’en continuant à vendre leurs terres, les fils mêmes de la région pourraient finir par ne plus avoir chez eux. Progressivement, ils seraient en train d’être dépossédés par les nouveaux acquéreurs de leurs terrains. Conséquence, Elhadj Sekhouna Soumah, se faisant le porte-flambeau de cette nouvelle option, décrète le veto sur la vente des parcelles en Basse Guinée. Et si on suit sa logique, on pourrait s’attendre à ce qu’un de ces jours, les citoyens des autres régions qui ont déjà leurs habitations en Basse Guinée, soit purement et simplement chassés, sous un faux prétexte de récupération des terres.
En tous les cas, cette nouvelle campagne dévoile de la part des habitants de la région côtière une inhospitalité que personne ne leur connaissait. Et tout porte à croire que l’on est en phase d’une nouvelle orientation inspirée par des cadres de la région justement en mal d’inspiration. Naturellement, personne ne nie le droit de la région à d’auto-promouvoir et à promouvoir ses ressortissants. Mais devant partir d’un diagnostic objectif et lucide, cette promotion ne doit pas porter atteinte à l’unité nationale que l’on cherche à recoller à travers une hypothétique réconciliation nationale. Il est ici évident que l’on est dans une entreprise de manipulation et de d’instrumentalisation de quelques cadres qui, se faisant passer, pour des leaders de la région, voudraient s’en servir à des fins politico-politiciennes. Autrement, les défis dans cette région se rapportent surtout à la formation et à la culture de l’effort qui manquent cruellement chez de nombreux jeunes. Et non dans une obscurantiste manipulation fondée sur le foncier.
Anna Diakité, www.kababachir.com
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.