Bobody avait-il monté des femmes contre les opposantes ?

Des femmes à la solde de Bobody ont marché – sans autorisation préalable de la Commune de Kaloum et de Maturin Bangoura, en respectant le délai des 72 heures- pour avoir le pardon du Président, suite au soulèvement spontané de la Presqu’île pour exiger la réouverture des classes. Selon ce qui se dit officiellement, ces femmes qui s’engagent à assainir les 11 quartiers du quartier des affaires veulent extorquer une nouvelle amitié à Alpha Condé, le rancunier.

Seulement, voilà ! Ce qui se cache derrière cette manœuvre de Bobody, c’est de monter ces femmes achetées contre celles de l’opposition ayant projeté un sit-in devant le ministère de la Justice, ce mercredi. Bobody a donc anticipé pour inviter des femmes avec balai achetés à cet effet, pour camoufler le stratagème. Selon des femmes interrogées, apportées par la RTG, l’objectif de ces coups de balai,  « C’est pour  montrer au chef de l’Etat qu’on aime Kaloum, qu’on n’aime pas la violence ici et que nous sommes les enfants dignes de cette commune. Nous appelons les autres femmes à nous rejoindre pour cultiver la paix dans ce pays. »

 On se rappelle, le même Bobody avait tenu un meeting à Sandervalia, à la veille du 8 mars pour taper sur les opposants et prendre des garanties selon lesquelles Kaloum ne connaitra jamais de troubles. Comme si les Kaloumka n’attendaient que cela, le 7 mars, la Commune s’est manifestée comme elle ne l’a jamais fait, même sous Lansana Conté, au pire moment des crises. C’est donc une autre façon pour le démagogue de se racheter avec des slogans : «Les enfants ont retourné à l’école, Alpha prend Kaloum pour toi ».

Très bien huilées pour se transformer en contre-manifestantes, ces femmes n’attendaient que le feu vert. D’où la puissante présence policière dans Kaloum, à partir du Pont 8 novembre. Erreur d’appréciation de Bobody.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.