Boké-Culture: La plateforme des jeunes ambassadeurs et les étudiants de l’ISMGB pour la consolidation de la paix


Dans le but de créer une synergie entre Jeunesse, Paix et Développement, la plateforme nationale des jeunes ambassadeurs (JA) a organisé mardi, 14 janvier 2020 dans la Région administrative (RA) de Boké, la 1ère édition d’un projet de conférence scientifique dédié à mille (1.000)  jeunes étudiants de l’Institut Supérieur des Mines et de la Géologie de Boké (ISMGB autour de la culture de l’esprit de la paix et le développement.

Pour illustration, ces étudiants sont venus des départements à savoir, Géologie, Mines, Traitement de métallurgie et Environnement et Sécurité industrielle.

La rencontre qui a également mobilisé des cadres et encadreurs de l’Institut Géo-Mine, représentants des organisations de la Société Civile et plusieurs invités de marque, avait pour thème principal, «Le rôle de la jeunesse dans la promotion de la paix et le développement en Afrique.»

Accueillant le conférencier, le directeur général adjoint chargé de la recherche scientifique de l’ISMGB, Dr Daouda Kéita a indiqué: «Chers chercheurs, chers étudiants, c’est avec un honneur que je prends la parole pour vous souhaiter la chaleureuse bienvenue parmi nous. Exprimer la joie qui nous anime pour votre retour à la source de quelqu’un qui fait la fierté de la Guinée et de l’Afrique. C’est dire que vous attaché du prix à notre maison qui a fait de vous ce que vous êtes aujourd’hui. C’est par reconnaissance, modestie que vous êtes revenu à l’Institut. Cet évènement est un bon exemple pour tous les sortants de l’Institut. Pour cette reconnaissance, que Dieu vous grandisse ! Nous sommes beaucoup plus réconfortés que vous. Nous ne cesserons pas de vous bénir. Chers étudiants, la venue de Dr Doré est une leçon pour nous autres. Le rôle de la jeunesse dans la promotion, la consolidation de la paix et le développement, c’est un souci national. Le développement de la Guinée, de l’Afrique, est aussi un souhait pour nous tous…»

De son côté, le coordinateur de la Plateforme des JA, M. Kourouma a précisé : «Les jeunes doivent comprendre pour vouloir. Sur le terrain depuis le 25 mars 2017, la plateforme des jeunes ambassadeurs ambitionne de fédérer l’ensemble des structures juvéniles de la République de Guinée, tout en ayant à l’esprit qu’une jeunesse bien orientée est un avenir assuré.»

D’où l’organisation de cette conférence ayant pour étapes, l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry, Kankan, Mamou, Labé, Kofi Annan,  Boké et Kindia.

Dans un bref témoignage, Oumar Odédé Diallo, responsable des relations communautaires à la GDM (Guinéenne des mines) a rappelé «En 2007 Dr Doré a contribué à l’amélioration et à l’équilibre des finances de l’Etat Guinéen en luttant contre la corruption.»

Dans son exposé, le conférencier, Dr Ousmane Doré, ex directeur général (DG) du Bureau régional Afrique Centrale de la BAD (Banque Africaine de Développement) a expliqué: «C’est un moment pathétique pour moi. Mon passage ici est motivé par deux raisons principales, «Retourner au bercail en tant que fils du pays. Si j’ai pu évoluer dans les universités américaines, c’est par ce que nous avions été bien formés ici. Il y a ce rêve guinéen à travers l’Education.

L’autre raison, Boké doit être la 1ère étape d’une tournée que j’entame en Guinée. Le thème choisi pour cette conférence ‘’La paix, la sécurité, la problématique d’employabilité de la jeunesse sont des questions qui doivent être réglées. L’Afrique fait face à une montée en puissance de nombreuses crises, fragilité des institutions,

En Afrique, 65% de la population totale a entre 18 à 35 ans et en Afrique de l’Ouest par exemple, les jeunes représentent près de 64% de la population et dépassent les 70% dans certains pays.

Le constat amer que nous avons, a fait savoir l’ancien ministre de l’Economie et des finances-Guinée, «C’est que ces jeunes ont pendant longtemps, été marginalisés des efforts visant à promouvoir la Démocratie, la paix et la prospérité en Afrique dont la croissance moyenne du PIB réel estimé à 3,5% en 2018. Elle devrait atteindre 4% en 2019 et 4,1% en 2020. L’absence de la paix, les crises politiques et sécuritaires obèrent la croissance économique africaine et les occasions de développement humain. Les jeunes qui laissent leurs vies dans la Méditerranée, sont agents des violences en Afrique.»

Pour le conférencier, « Il faut également considérer ces jeunes comme partenaires, les intégrer dans un partenariat dans les sociétés inclusives, favoriser leur participation dans l’édification des sociétés paisibles, la promotion de la paix pour aider l’Afrique à atteindre les ODD pour la sécurité du Continent africain en particulier. Il y a une synergie entre la paix et le Développement pour avoir un environnement de paix, stable à travers la notion d’impliquer la jeunesse, travailler avec des groupes de jeunes pour la consolidation de l’Etat de Droit, consolider l’unité et la concorde, les incorporer dans les processus décisionnels. Trois millions d’emplois seulement dans le secteur formel sont créés annuellement, alors qu’entre 10 et 12 millions de jeunes entrent sur le marché du travail chaque année. »

Selon lui, «Il y a six (06) enjeux notamment, l’Education et la formation, l’Emploi et la migration, la Culture entrepreneuriale, l’accès à la technologie de l’information

«La Gouvernance politique, les questions de formations professionnelles contribuent aussi, à la consolidation de la paix. Pas de développement équilibré passe par la transformation du potentiel minier, agricole. La formation est cruciale pour l’emploi dans une société qui s’épanouit, qui se développe…» a conclu l’ancien ministre de l’Economie et des Finances.

Mamadouba camara, Boké

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.