Boké, le gouverneur dans tous ses états

Le Gouverneur de la Région administrative (RA) de Boké, le général de Brigade, Siba Sévérin Lohalamou, est sorti de sa réserve samedi, 03 juin dernier, déplorant ainsi, la casse des édifices publics lors des récentes manifestations des jeunes qui, à chaud, réclamaient l’électricité, l’eau, la route du contournement et l’emploi de la main d’œuvre locale.

Le gouverneur a profité de la visite d’une mission du Ministère des Mines venue pour dit-on, évaluer le niveau de la mise en œuvre de la plateforme revendicative et lancer les études techniques de la route de contournement pour se détendre. Lisez:

«La délégation spéciale dérive des partis politiques. C’est l’exécution des accords du 20 août. Sa mise en place ne dépend pas des autorités locales que nous sommes. Ce sont les partis politiques qui doivent encore désigner d’autres membres devant appartenir à cette institution. Nous attendons vraiment cela. Regardez les immondices à travers la ville parce que la Commune, l’organe exécutive, n’existe pas.

Si la saison hivernale nous trouve dans ça, ce ne sera pas bien. Nous attendons vraiment la mise en place de cette délégation spéciale. Chacun de nous veut que Boké progresse, prospère. Mais le développement c’est un processus, ce n’est pas pour faire dix (10) pas en avant et vingt (20) pas en arrière. Pour cela, nous devons garder certains comportements. La Société EPC (Explosifs Produits Chimiques), venait de donner 15 motos tricycles parties en fumées lors des récentes manifestations.

Est-ce que cela encourage ? Ça ne peut pas encourager quelqu’un d’autre à faire comme EPC. Au-delà, des immeubles ont été touchés. C’est le seul Palais de Justice dans le pays où, il y a deux (02) salles d’audiences. Ce Palais dont les vitres sont soufflées. Tout ça peut être remplacé mais pas les vies humaines.

Une vie perdue, elle est perdue à jamais. Je le dis parce qu’il y a encore des velléités. Chaque chose a une limite. Boké a manifesté, Boké a été entendu par le Chef de l’Etat et le Gouvernement. Boké doit éviter d’ériger des barrages parce que le prix de la glace a augmenté. Quand on veut réaliser un acte, on doit tenir compte des conséquences. Arrêtons cette forme de violence. Si ça ne va pas, allez vers le patriarche et les autorités. Le mois de Ramadan est une opportunité pour certains commerçants. Récemment, le président de la République en bon père de famille, aurait donné 70 camions pour soulager la population de la préfecture de Boké.

Parlons le même langage pour faire avancer Boké. Il n’y a aucun problème qui ne puisse trouver sa solution s’il y a des personnes responsables. Le premier rôle d’un préfet ou d’un gouverneur, c’est rétablir l’ordre. Nous n’allons pas laisser le désordre arriver à Boké. Dans ce pays, il y a des lois. Nous serons obligés de les faire respecter. S’il y a un autre mouvement ici, ça va rouiller les efforts sur le terrain. Ne pensez pas que c’est une menace hein !…»

Mamadouba Camara, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.