Boké: L’ancien correspondant régional de l’AGP, a été inhumé lundi

Décédé le 1er octobre dernier à Conakry des suites d’une longue maladie, l’ancien inspecteur régional de la culture et correspondant régional de l’Agence Guinéenne de Presse (AGP), Moussa Batchily a rejoint sa dernière demeure lundi, 03 octobre 2016 dans la Région Administrative (RA) de Boké où il a servi pendant une quarantaine d’années.

Au cours des cérémonies funèbres organisées à la Maison des jeunes de Boké, autorités locales, cadres de l’Administration publique, collaborateurs de l’AGP, parents, amis, alliés et connaissances ont rendu un dernier hommage à Moussa Moïse Batchily qui laisse derrière lui, une femme et une fille qui a passé le Baccalauréat cette année.

La dépouille mortelle de l’un des icônes du micro, a été reçue à quelques kilomètres de la commune urbaine de Boké par les autorités locales.

Ainsi, le porte-parole de la famille éplorée, El Hadj Mohamed Saliou Bah : « Nous sommes liés par le voisinage, nos parents ont vécu dans l’intimité. Des témoignages nous vont droit au cœur. Ses œuvres seront perpétrées par ses successeurs. Avant d’adresser les remerciements à toutes et tous pour le soutien matériel et financier apporté à leur frère. »

Le préfet de Boké, Mohamed Lamine Doumbouya se souvient de son compagnon de lutte : « Moussa Batchily, un journaliste confirmé, a été un model dans la franchise, un collaborateur franc, sincère pour soigner l’image de marque de la localité. Remercie les amis et collaborateurs de l’homme. Mathurin Bangoura a assuré les moyens de transports pour assister le défunt en vain.

Bathily a servi plus de 20 préfets qui présentent leurs condoléances émues à la famille éplorée. Salué la bravoure de l’homme qui, selon lui, a tant aimé et servi avec cœur vaillant la nation guinéenne et son Boké natal qui l’a accompagné cet après-midi, à sa dernière demeure. La famille éplorée ne sera jamais laissée pour compte.»

Dans son témoignage, le préfet de Koundara retient de Batchily : « Un cadre intègre, un journaliste éminent, talentueux et disponible.

Par ailleurs, le préfet a exprimé la reconnaissance de la famille Sarakolé en vers les autorités régionales et préfectorale.

Visiblement ému, le Gouverneur de la RA de Boké, Siba Sévérin Lohalamou a déclaré : « C’est avec beaucoup de tristesse que nous avons reçu la dépouille mortelle de Batchily, l’une des voix de 22H. L’homme est resté fidèle à ses engagements. Il a représenté pour toute la Guinée un noyau important dans le cadre du développement. Il faut bien faire mais il faut aussi, le faire savoir. Nos condoléances attristées à sa famille. Il a inculqué le désir et l’amour du travail bien fait dans l’esprit de la jeunesse pour faire grandir le territoire. Bathily a mis la balle très haut. Il ne faut pas que la jeunesse passe en dessous. A la famille de la presse de relever ses défis pour garder le flambeau allumé. L’heure n’est pas aux grands discours. Nos condoléances à la famille et à la population de Boké. »

Ibrahima Sadjo Bah, journaliste à la Radio Liberté FM a salué les efforts des autorités régionales au chevet de Batchily dont l’emprunte sera indélébile.

Se succédant au podium, les représentants du Conseil communal, de la Société civile, des médias locaux, ont précisé que Batchily, mort avec l’arme à la main, n’est pas sorti d’une école d’élite mais, il a cru à ses valeurs et son nom restera toujours dans les annales de l’histoire de Guinée.

Dans un poème dédié au défunt, porte-parole du club littéraire Dinah Salif Camara a clamé: « Moussa Moïse Batchily, la voix de 22 heures, le prince du micro et de la paix s’est éteint. La Guinée et la population de Kakandé te pleurent à cause des dimensions journalistiques que tu as incarnées dans la Région.

Après la lecture du Saint Coran dans son entièreté, le prince du micro de Kakandé a été inhumé parmi les siens au cimetière de son Boké qui l’a vu naître et mourir.

Mamadouba Camara, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.