Boké: la population menace de paralyser toutes les activités minières dans la préfecture

 Le Ministre des Mines et de la Géologie, Abdoulaye Magassouba, en compagnie de la coordination des ressortissants de Boké à Conakry, a conféré samedi, 29 avril 2017, avec la population de la préfecture de Boké qui a récemment été le théâtre de violentes manifestations et d’actes de vandalisme.

Cette visite du Ministre des Mines, consistait dit-on, à écouter et échanger avec l’ensemble de la population de Boké autour des différentes requêtes formulées au lendemain des journées de vives tensions.

Après la lecture magistrale des réclamations par le porte-parole de la jeunesse, Bachir Bangoura, le Ministre des Mines a, au nom du gouvernement, tenté de convaincre l’auditoire en vain.

Soutenant que la violence n’est pas prévue dans la loi, M. Magassouba, a fait savoir que, le bureau en charge de l’étude de faisabilité de la route contournant le centre-ville de Boké, est fin prête pour les commencer les travaux.

Par rapport à l’emploi de la main d’œuvre locale non qualifiée par les sociétés minières, le ministre a invité les jeunes à se mettre dans les meilleures conditions pour dit-il, accéder à l’emploi.

En ses termes, le premier responsable du Ministère des Mines a promis d’être le porte-parole fidèle de la jeunesse de Boké auprès du Gouvernement pour des dispositions utiles.

Malgré la promesse, les jeunes eux, réclament instantanément l’emploi, la contournante, l’eau, l’électricité, bref, l’amélioration des conditions de vie de l’ensemble des communautés de la zone spéciale économique du pays.

A l’issue d’un débat houleux, la jeunesse soutenue par le comité de crise, s’est accordée sur le blocage des routes aux véhicules de toutes les sociétés minières évoluant dans leur localité.

Désormais, soutiennent les responsables du Comité de crise, ‘’nous n’avons aucune révolte à faire mais aucune société minière n’exercera dans la préfecture jusqu’à la satisfaction de l’essentiel de nos points de revendications. La jeunesse est chargée de sécuriser la ville, il n’y aura aucune pagaille, aucune casse…’’

C’est sur cette note de désespoir que la rencontre du ministre des Mines et la population de Boké a pris fin.

Mamadouba Camara, correspondant Kababachir.com à Boké

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.