Boké: «Le sous-préfet de Kanfrandé difficile d’accès, n’a pas de bureau, ni logement administratif digne de nom », dixit le Maire, Ansoumane Lazare Kéita

Le sous-préfet de Kanfrandé, Mamadou Yakha Camara n’a pas de bureau, ni de résidence administrative digne de nom, selon le Maire de ladite commune rurale (CR), Ansoumane Lazare Kéita, rencontré sur place dans la matinée du mardi, 31 octobre 2017.

Erigée en commune rurale en 1993, la sous-préfecture de Kanfrandé, ‘’village natal’’ de Kerfalla Personne Camara (KPC), abrite des bâtiments coloniaux vieillissants, détériorés et décoiffés faute d’entretien, avec une piste rurale dans un état piteux.

A preuve, pour parcourir cette route distante de 78 km, on peut compter quatre (04) heures à bord des véhicules dits (4×4).

Faut-il souligner qu’une importante mission de la Croix rouge en partance pour Kanfrandé, témoigne notre interlocuteur, a rebroussé chemin ce lundi, 30 octobre.

Comptant quinze (15) districts et 99 secteurs, aux dires du Maire, la population de Kanfrandé a besoin d’infrastructures routières pour sortir de sa léthargie.

A l’heure, la CR en question dispose un centre de culturel non équipé. L’édifice a été réalisé  en 2013 par la CBG dans son volet projets sociaux.

Pire ! Cette localité historique manque de manière notoire, de forages en terres fermes et de puits améliorés dans les îles, toujours selon notre source.

Le 24 Août 2017, a fait savoir le Maire, «J’ai organisé un forum dans le cadre de la validation du plan de développement local (PDL). J’ai adressé des correspondances d’invitation aux ressortissants. Tous les 15 districts avaient répondu à l’invitation sauf ceux de Conakry qui n’ont envoyé que deux (02) personnes avec une somme de 300.000 francs guinéens pour nous assister.»

Plus loin, M. Kéita a pointé le doigt les sociétés de pêche qui, selon lui, ne payent pas leurs taxes à la CR qui a des projets ambitieux en termes de développement.

A Kanfrandé, dira le Maire, «la Direction de l’Agence de Navigation Maritime (ANAM) ne verse qu’un million deux cent mille (1.200.000) francs guinéens à la CR et pour toute l’année.»

Ce qui fait que la sous-préfecture de Kanfrandé ayant pourtant, des fils nantis, végète dans une pauvreté extrême.

Frappée de plein fouet par l’exode rural la population de cette localité vit de l’Agriculture, de la pêche artisanale rudimentaire.

Pendant ce temps, des maisons vétustes et celles flambant neuf se vident, se dégradent et s’affaissent.  Pitoyable population de Kanfrandé !

Aux dernières nouvelles, KPC entend dépêcher la semaine prochaine une équipe de techniciens pour étudier l’axe dont il s’agit.

Nous y reviendrons…

Mamadouba Camara, correspondant Kababachir.com à Boké

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.