Boké : Qui veut étouffer le jugement des deux (02) présumés coupeurs de route arrêtés à Kamsar ?


Dans la soirée du jeudi, 07 mars 2019, les agents du Commissariat Spécial de la sous-préfecture de Kamsar avaient réussi à mettre les grappins sur deux (02) présumés coupeurs de route à la Cité barrière, grâce à la collaboration de l’Union du Syndicat des Transporteurs de Boké (USTB).

D’après nos sources informations du samedi, 09 mars, «Les deux (02) éléments notamment, Ibrahima Barry et Mamadou Barry ne sont que de simples conducteurs. Les trois (03) autres bandits en cavale, sont tous des tireurs d’élites pendant les différentes opérations. Il s’agit des jeunes connus sous les pseudonymes Kalash et  Messie et un autre complice dont on ignore jusqu’ici, l’identité. 

Dans l’ombre, témoignent nos sources, «Auparavant, nous avons installé le long de l’Axe Boké-Conakry, des commissions composées des chauffeurs à Boffa, Kamsar, Kolaboui et Kolia. Leur mission consistait à repérer les auteurs de troubles sur la route nationale N°3.

D’après une autre source proche du dossier, «Il y a une certaine lenteur quant à la finalisation des enquêtes et l’ouverture d’un procès devant édifier l’opinion sur la situation et le sort de ces malfrats. Il y a aussi, des rumeurs faisant état de la libération prochaine d’Ibrahima Barry et Mamadou Barry des violons de Prison Civile de Boké ou Pont de Fer. Si on les libère, ça va chauffer ici. Regardez ici ! Moi qui suis devant vous, j’ai été blessé à la main qui est cousue…»

Répondant aux rumeurs faisant état d’une éventuelle libération des deux (02) présumés coupeurs de route, le Procureur de la République, basé près le Tribunal de Première Instance (TPI) de Boké, Ansoumane Kéita s’est exprimé sur l’affaire: «A partir du moment que les TPI du pays sont compétents en matière du jugement des dossiers criminels et que la Police soit sur les enquêtes,  la procédure sera respectée à la base. On ne peut pas vouloir lutter contre la criminalité et libérer les criminels qu’on a sous la main.

Ceci dit, ceux qui parlent de la libération des deux (02) présumés coupeurs de route arrêtés à Kamsar, c’est une simple désinformation…»

Déjà, on dénombre plusieurs opérations qui se sont soldées par d’énormes pertes tant chez les commerçants que chez les chauffeurs que nous sommes. C’est pourquoi, les gens tenaient à ce qu’on les brûle vifs.»

Affaire à suivre…

Mamadouba Camara, correspondant www.kababachir.com à Boké

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.