Boké: Un atelier de formation pour outiller les imams sur la lutte contre le paludisme

 La Coordination régionale du projet Stoppalu+, grâce à l’appui financier de l’USAID-Guinée, a organisé vendredi, 25 mai 2018, un atelier de formation de trois (03) jours destiné à renforcer les capacités des leaders religieux musulmans évoluant dans la région administrative (RA) de Boké.

Cette session de formation des formateurs consiste à outiller les leaders religieux musulmans sur la connaissance et la maîtrise des notions générales du paludisme et les messages clés afin de prévenir et lutter efficacement contre cette maladie constituant la 1ère cause de consultation et d’hospitalisation des enfants âgés de moins 05 ans.

La cérémonie a mobilisé outre, les directeurs préfectoraux de la Santé (DPS) de la Région de Boké, le représentant du Programme national de lutte contre le paludisme (PNLP), celui du programme élargie de vaccination (PEV) et leaders religieux musulmans.

Dans sa communication, le directeur régional de la Santé, Dr Mamadou Diouhé Barry a invité les cadres de l’administration sanitaire à coordonner leurs efforts en vue dit-il, d’harmoniser les stratégies de lutte contre le paludisme pour sauver la vie des enfants de zéro à 5 ans et des femmes enceintes.

Pour mieux lutter contre le paludisme dans la Région de Boké, a fait remarquer le DRS, «les imams des mosquées sont mis à contribution pour faciliter la sensibilisation et l’information des pères et mères de familles à travers leurs sermons respectifs.»

De leur côté, les leaders religieux se sont engagés à accompagner le projet Stoppalu+ en invitant les populations à utiliser les moustiquaires imprégnées à longue durée d’action (MILDA) dans les ménages.

Le représentant du PNLP, Dr Mamadou Diallo, a précisé qu’il faille une lutte multisectorielle contre le paludisme en vue d’atteindre les objectifs que se fixent le Ministère de la Santé, le Gouvernement et leurs partenaires.

A la cérémonie, le directeur de Cabinet du Gouvernorat de Boké, El Hadj Baba Dramé a exhorté les cadres des structures sanitaires et les imams à accompagner les Groupes d’Actions Communautaires (GAC) institués à cet effet.

L’implication des imams, a-t-il indiqué, «Permettra à coup sûr, de réduire considérablement le taux de prévalence du paludisme dans la Région de Boké…»

 

A noter que le taux de prévalence du paludisme est à 08% dans la RA de Boké, selon une enquête démographique et de Santé en Guinée.

Mamadouba Camara, www.kababachir.com à Boké

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.