Bolloré au port de Conakry : «Nous apprécions le travail effectué», selon Oyé Guilavogui

Alors que la perquisition, la semaine dernière, de la tour Bolloré à Paris par des enquêteurs de l’Office central de lutte contre les infractions financières et fiscales, qui enquêtent sur les conditions d’acquisition de deux ports ouest-africains — dont celui de Conakry — défraie la chronique, une délégation gouvernementale conduite par le Premier ministre Mamady Youla s’est rendue au Port Autonome de Conakry pour s’enquérir des réalités du terrain.

Une visite au cours de laquelle le chef du gouvernement guinéen a exprimé sa satisfaction par rapport aux travaux entrepris par le groupe Bolloré. «Nous avons constaté avec des surprises agréables que des investissements substantiels ont été faits au cours des cinq dernières années», notamment au niveau de l’amélioration des opérations. Après constat, M. Youla a indiqué que le port de Conakry est sur la bonne voie. Cependant, il rappelle que tout n’est pas parfait. «Il y a encore des choses à améliorer», a-t-il fait remarquer.

Participant à la visite, le ministre des Transports, Oyé Guilavogui, a salué l’augmentation de la capacité du port de Conakry depuis qu’il est passé dans les mains dans l’industriel français en 2011. Selon lui, le «nombre de volume de marchandises que nous avons depuis l’arrivée de Bolloré s’est multiplié par quatre». Plus loin, M. Guilavogui assure que le Port Autonome de Conakry «autrefois classé vers le 20e port d’Afrique est aujourd’hui en 4e position, derrière l’Afrique du Sud, Dakar et Lomé».

En ce qui concerne la perquisition du siège du groupe Bolloré, le 8 avril dernier, Oyé Guilavogui ne veut pas «se fier à ce que la presse rapporte», mais soutient que tout s’est passé dans les règles de l’art. Il rappelle également que la Guinée est un État souverain, qui est libre de signer des contrats avec n’importe quelle société. D’ailleurs, il a indiqué que «nous apprécions le travail effectué par Bolloré».

Thierno Diallo, Kababachir.com

  1. Kadiatou dit

    Monsieur le ministre, Oye Guilavogui vos déclarations n’engagent que vous.

    La question n’est pas de savoir si Bollore à bien gérer le port autonome , d’ailleurs il ne peut en être autrement puisqu’il y a investi un peu de son capital , en tant que businessman féroce aux dents bien acérées , il va rentabilisé son capital au triple avant la fin de ces 15 premières années en Guinée, au vu des prix exorbitants actuellement pratiqués au port de conakry .

    Nous Guineens, ce que nous voudrions savoir ;est ce qu’il y a eu appel d’offres à la régulière avant de brader le port pour 25 ans ?
    Investir à moindre coût, pour une rentabilité dense à court terme, voilà ce que l’on ne veut plus en Guinée.

    Encouragez nos compatriotes à venir investir dans leur propre pays en leur octroyant les mêmes conditions, garanties qu’aux autres personnes étrangères, au moins la richesse restera au pays .

    N’ayons pas honte , pour la préférence nationale lorsqu’il y a deux compétences égales , tous les pays se battent pour cela de nos jours.

    Arrêter de brader le pays pour renflouer vos poches , dans des magouilles en octroyant des marchés publics .

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.