Brigade d’autodéfense du RPG : Damaro, les germes de la violence

La violence est-elle l’apanage du RPG, parti au pouvoir indexant à tort ou à raison l’UFDG comme étant le parti le plus violent de la classe politique guinéenne, bien qu’ayant enregistré près de cent morts presque tous par balles ?  La question est en débat.

En effet, on parle depuis bientôt une semaine d’une Brigade d’autodéfense déjà dénoncée par un député UFDG ayant même demandé aux citoyens de chercher eux aussi à se défendre. Après les Chevaliers de la République de Malick Sankhon – sans nul doute, ce sont eux aussi qui se sont mués en milices -, c’est le tour d’une autre milice de faire parler d’elle.  Elle a pour nom : Brigade nationale du RPG Arc-en-ciel. Celle-là s’est d’ailleurs fâchée samedi contre le bureau politique national qu’elle accuse d’indifférent.  Le chef de cette Brigade ? Louceny Dioubaté.

Le député Damaro Camara tente de sauver le visage du RPG. Sur les ondes d’une radio locale, mardi matin, il s’en défend : « Nous n’avons aucune raison d’avoir une milice d’autodéfense.On va se défendre contre qui ? Nous ne sommes pas du tout menacés ».

Pourtant, même si c’est un service de maintien d’ordre, là-bas au RPG on appelle cette faction, une Brigade. Même des députés utilisent ce vocable pour identifier cette milice dont on ne connait pas encore le nombre. Pour Damaro Camara, chaque parti a une organisation de maintien d’ordre qui ne peut pas être assimilée à des brigades ou milices de défense. Ça va se savoir

Jeanne Fofana, Kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.