Burkina Faso : Projet pour la transformation artisanale du coton


Ce projet concerne 2000 artisans repartis sur les treize régions du Burkina Faso.

Tunis (dpa) – Le Burkina Faso a lancé, le 6 novembre, à Bobo-Dioulasso (Ouest), capitale économique du pays, un projet baptisé « renforcement des compétences techniques et entrepreneuriales des artisans burkinabè par la mise en place d’un Centre national d’appui à la transformation artisanale du Coton » (CNATAC). D’un coût global de près de 3,6 milliards de francs CFA (5,4 millions d’euros), ce projet qui sera exécuté sur une période de 3 ans, est initié par le ministère burkinabè du Commerce, de l’industrie et de l’artisanat, avec le soutien technique et financier de l’Italie, a annoncé le ministère en question.

Il a pour objectif de former et de renforcer les capacités techniques et entrepreneuriales de 2000 artisans dans les métiers du tissage, de la teinture, du batik (technique d’impression des étoffes), de la confection et de la maintenance, dans les treize régions du Burkina Faso, a-t-on indiqué. Dans ce contexte, 380 artisans seront formés en tissage, 380 en teinture, 200 en confection, 960 en gestion entrepreneuriale.

Au titre de la formation en gestion d’entreprise, 180 artisans seront formés en GERME (Gérez mieux votre entreprise). « Les exigences de la mondialisation imposent aux artisans, la nécessité d’être compétitifs, ce qui les contraint à moderniser leurs outils de production, tout en préservant leur savoir-faire traditionnel », a déclaré Harouna Kaboré, ministre du Commerce, de l’industrie et de l’artisanat, lors du lancement du projet.

Le coton est le premier produit d’exportation agricole du Burkina. Sa production est assurée par plus de 300.000 agriculteurs. Ce secteur fait vivre des millions de personnes notamment les femmes et les jeunes. Le Burkina transforme à peine 2 pour cent de sa production nationale du coton. Le reste est exporté sous forme de fibres. Cela prive l’économie burkinabè de la plus-value qu’aurait pu générer des activités de transformation plus significatives, selon le quotidien Sidwaya.

Source: dpa-news.de

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.