Campagne agricole : où en est-on ?

On ne cesse de parler de campagne agricole mais on ne sait vraiment pas où en est-on. Certainement c’est pour alerter les uns et les autres que le président Condé a invité récemment la ministre de l’Agriculture à satisfaire en quantité et à temps les demandes d’intrants exprimées par les paysans pour la campagne agricole.

Pour la même occasion, invite a été également faite pour une intensification du contrôle de la gestion des engrais subventionnés. De son côté, la ministre a rappelé, rapporte le porte-parole du gouvernement, que les principales activités de cette campagne agricole s’articulent autour du niveau de mise à disposition des intrants et du choix des interventions sur le terrain.

Cette campagne mal menée vise pour autant l’autosuffisance alimentaire, « à travers une stratégie de transformation de notre agriculture à dominance familiale en une agriculture moderne, productive, compétitive et connectée au marché. »

Pour y parvenir, le département de l’Agriculture a notamment besoin d’assistance : la restructuration et la formation des groupements des arachidiers et leur approvisionnement en intrants spécifiques, y compris l’appui conseil ; la mise en valeur à titre expérimental d’une partie de la plaine de Koundjan, pour disposer des informations techniques sur sa rentabilité, son mode d’occupation, les atouts et les contraintes liés à la mise en production de la plaine ; l’appui financier au centre de recherche agronomique de Sérédou pour la réhabilitation de la station de pompage, etc. Bien des démarches sont attendues de la part de la ministre.

Mais, selon toute vraisemblance, au regard de ses rapports tendus avec Alpha Condé, plus rien ne sera jamais acquis au premier coup d’essai. Alpha Condé étant lui-même négociateur avec des ministres ivoiriens et d’ailleurs, rendant inefficaces des chefs de départements que lui-même a nommés.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.