Candidature unique : risque d’une victoire de Condé dès le 1er tour ?

C’est presqu’un cliché mais la candidature unique de l’opposition à la prochaine présidentielle crée toujours des vagues. Au sein de la classe politique, notamment entre UFR, la défenseuse de l’idée et l’UFDG, celle qui désapprouve.

Sur les ondes d’une radio locale, mardi, Fodé Oussou Fofana a recadré le débat.  « Il n’y a non seulement pas eu de rencontre entre le président Sidya Touré et Elhadj Cellou le 12 septembre, puisque les deux n’étaient même pas à Conakry. Il n’y a pas eu non plus de rencontre entre les partis politiques pour discuter de cette question de candidature unique. Donc, c’est faux et archi faux ! ». En tranchant ainsi dans le vif, ce vice-président du parti de Dalein Diallo estime à priori qu’il y a un gros risque pour l’opposition de présenter une candidature unique face à Alpha Condé. C’est pourquoi,  « Nous considérons honnêtement que nous avons tout à gagner en allant ensemble pendant le premier tour de cette élection président. Parce que sur les 100 points, si le président Sidya Touré est candidat, Cellou, Kouyaté et les autres, Alpha Condé ne peut jamais dire au peuple de Guinée qu’à lui tout seul, il a eu 50%. Donc, au second tour, si les leaders des partis politiques se mettent ensemble pour aider un candidat, il n’aura pas plus de 15%. C’est ma conviction personnelle. »

Pour Fodé Oussou Fofana, l’UFR et le président Sidya sont « des alliés très sûrs de l’UFDG. Personne ne peut contester les qualités d’homme du président Sidya. » Il reste « qu’on n’est pas dans un régime où l’élection se gagne au premier tour. Un président en exercice est capable de se donner 50,99 voix et donner 49,1 voix à son opposant en disant qu’il a gagné dès le premier tour a gagné. On ne peut donc pas prendre le risque d’aller en rangs dispersés contre M. Alpha Condé avec un candidat. Parce que ça lui donne la possibilité de s’auto proclamer depuis le premier tour. » Sydia Touré est loin d’être du même avis, mais on verra bien comment cette opposition s’y prendra.

pour nombreux observateurs et autres analystes, le président Sidya Touré répond le mieux au portrait d’un probable candidat unique issu de l’opposition. Mais le vice-président de l’UFDG ne partage pas cette idée qui, se répète-t-il, n’a jamais été abordée, ni aucun critère y afférant n’a été défini. ‘’Nous faisons très attention, parce que nous considérons que l’UFR et le président Sidya sont des alliés très sûrs de l’UFDG. Personne ne peut contester les qualités d’homme du président Sidya’’.

‘‘Même si c’est le président Sidya qui décidait aujourd’hui de céder la place à Elhadj Cellou, je m’y opposerai, parce qu’on n’est pas dans un régime où l’élection se gagne au premier tour. Un président en exercice est capable de se donner 50,99 voix et donner 49,1 voix à son opposant en disant qu’il a gagné. On ne peut donc pas prendre le risque d’aller en rangs dispersés contre M. Alpha Condé avec un candidat. Parce que ça lui donne la possibilité de s’auto proclamer depuis le premier tour’’, a conclu l’honorable Fofana.

Jeanne FOFANA, www.kababachir

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.