Carnage à N’zérékoré : le Préfet sortant avait alerté !

Dans une sortie ratée à la veille des scrutins du 1er mars 2020, le préfet d’alors Sory Sanoh avait déclaré : «Tous ceux qui tenteront de faire la même chose à N’zérékoré trouveront devant eux le préfet armé de tous les pouvoirs que la loi lui confère. Tout ce que le président dit, nous sommes engagés à appliquer à la lettre. Même si le président dit d’égorger quelqu’un, nous allons le faire. D’ailleurs, nous sommes un peu en retard sinon j’aurais cherché de gros fouets pour distribuer aux gens afin de bien fouetter ceux qui vont tenter de s’attaquer ou empêcher les élections. »

Sory Sanoh avait ainsi donné l’alerte sur ce qui devrait arriver ou qui était planifié. Mais, vraisemblablement, cette sorte du préfet sortant n’avait pas aidé à certains à bien approfondir leur analyse.

Pour sa part, Abdoulaye Kourouma, le président du Rassemblement pour la Renaissance et le Développement (RRD) avait déclaré : «C’est un propos haineux, c’est un propos de dictateur, c’est un propos de tyran. Il confond la soumission et l’obéissance en matière de l’administration. Mais, nous on peut le rassurer, s’il doit égorger quelqu’un, c’est chez lui à Kankan. Ce n’est pas chez nous à N’Zérékoré. »

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.