Cas Koula Diallo : Bah Oury, principal auteur ?

La mort prématurée du journaliste Mohamed Koula Diallo dans les périphéries du siège de l’UFDG ne saurait être évoquée sans y associer le nom de Bah Oury. En cause ? Il aura fallu qu’il cause la mort d’un journaliste et qu’il se fasse malmener par des militants de sa propre famille politique pour qu’il se rende compte que la démarche qu’il avait entreprise – pour rendre un sérieux service à Alpha Condé – aura été une impasse.

Pourtant il dit bien maitriser les dispositifs de sa formation politique. Il reste que, malgré tout cela, il s’est fait accompagner de loubards pour aller semer le désordre au siège, désordre soldé par mort d’homme. Bah Oury a échoué dans son entreprise. Aujourd’hui, plus qu’hier, Bah Oury, semble s’émouvoir à chaque fois que la famille de Koula fait des sacrifices ou à chaque fois que les journalistes dénoncent. Il sait pourtant qu’il est l’auteur présumé du désordre qui a provoqué la mort du journaliste. Mais Bah Oury préfère indexer : « le responsable communication de Cellou Dalein Diallo est inculpé de complicité d’assassinat et de tentative d’assassinat. Il a été convoqué par les enquêteurs de la Brigade des investigations criminelles de la Gendarmerie ces dernières semaines. » Mais, ajoute-t-il, il a systématiquement refusé de se présenter et « depuis lors il a pris la fuite afin de se soustraire aux questions des gendarmes. »

De l’avis du vice-président exclu, Souleymane avait auparavant publiquement déclaré «  qu’il ne sera pas seul à aller en prison ! », s’adressant ainsi à d’autres proches collaborateurs de Cellou Dalein Diallo.Bah Oury ne s’est pas limité là : « Cellou Dalein (…) assume pleinement la responsabilité pénale liée à cette dénonciation infondée (Bah Oury est l’auteur de l’assassinat de Mohamed Koula Diallo, NDLR) et qui a atteint mon honorabilité et ma réputation aussi bien en Guinée que dans le reste du monde. » Conséquence, « Soustraire Cellou Dalein à la Justice, ce sera une prime accordée à l’impunité, à la violence et à la puissance des gens fortunés. Par la grâce de DIEU, justice se fera! ».

Bah Oury se dit donc « effaré de constater que M. Souleymane Bah Thiaguel a bénéficié d’une large mansuétude de la part des autorités judiciaires ce qui, lui a permis de préparer en toute tranquillité sa fuite. D’ailleurs le parquet général ne s’était pas gêné d’organiser au courant du mois de juin une conférence de presse pour « tenter de ridiculiser » l’ordonnance du juge d’instruction M. Mamady Diawara qui internationalement est reconnu par sa droiture, sa rigueur et son professionnalisme. »

Bah Oury devrait être devant les juges ou plutôt en prison. Au-delà de tous règlements de comptes.

 

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.