Cas stade de Nongo : le patrimoine de la discorde ?

Le Stade Général Lansana Conté de Nongo devient de plus en plus un patrimoine qui alimente, entretient une discorde sans précédent, entre les partisans de KPC et ceux d’Antonio Souaré. Les deux gros bonnets du football guinéen que tout rapproche mais que tout dissemble aussi.

Le Stade Général Lansana Conté de Nongo est entre les mains d’Antonio Souaré à titre de concession. Ainsi, en 2017, après avoir financé l’achèvement des travaux de ce dit stade – le plus grand complexe sportif du pays avec ses 50 000 places et sa piste d’athlétisme -, alors qu’il était à la tête de la Ligue guinéenne de football professionnel (LGFP) dont il avait été élu premier président en 2015, Antonio ne s’est plus éloigné de son ambitieux projet : « Sans exagérer, nous sommes à plus de 80 milliards (GNF) (près de 8 millions de dollars, NDLR) », jurait-t-il. Il restait cependant à faire des « petits terrains à l’intérieur, la piscine olympique, etc. »

Aujourd’hui, le Stade Général Lansana Conté de Nongo est comme un bébé d’Antonio. C’est ainsi qu’il a piqué une colère noire récemment à la lecture d’un post attribuant ce stade à son frère ennemi de toujours : « C’est avec stupéfaction que la Direction Générale du Groupe Business Marketing a lu ce samedi 21 mai 2022, sur le site Guineenews.com un article titré : « KPC prêt à parachever le Stade Général Lansana Conté de Nongo. » » Et de rappeler : « Le Groupe Business Marketing, lié à l’Etat Guinéen par une Convention exclusive de Gestion et d’exploitation du Stade Général Lansana Conté de Nongo, dément formellement, catégoriquement et avec la dernière énergie cet article mensonger inventé de toutes pièces pour des besoins de la cause. »

Juste en face de ce patrimoine à la discorde, Kerfalla Person Camara construit un stade de 3 000 places à qu’il nomme « Petit Sory Keita », du nom de l’ancienne gloire de Hafia FC. En février 2017, KPC succède à Antonio Souaré à la tête de la Ligue guinéenne de football professionnel. Mais un an et demi plus tard, le 17 août 2018, il démissionne avec fracas. Mais, entre les deux hommes du foot guinéen, il y a bien des faiseurs de rois qui allument le feu et l’activent. Sinon tous les deux œuvrent pour le rayonnement du football guinéen au grand bonheur de la jeunesse.

Il est clair qu’il y a des intérêts en jeu, à l’approche de la CAN 2025. Il est clair aussi que la présidence de la Féguifoot reste un but non atteint. Antonio et KPC se ménagent : ils contiennent leur mal être !

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.