Ce soutien subtil de l’UE aux forces sociales de Guinée…

La Guinée est un terreau de délinquants économiques qui s’enrichissent dans les Mines et notamment dans les marchés publics. Et les citoyens déjà confrontés aux soucis du quotidien paient le lourd tribut de cette délinquance financière rampant dans une impunité sans nom.

Pour ce fiscaliste, chercheur et par ailleurs spécialiste des finances publiques « Il est difficile d’évaluer l’ampleur réelle des détournements dans les passations des marchés publics. Les rapports semblent indiquer qu’ils sont orchestrés, tant au niveau de la Présidence de la République et du gouvernement, qu’au niveau de l’Assemblée nationale, de la CENI et d’autres institutions constitutionnelles. Il est à retenir aussi que les détournements de biens de l’État ne se limitent pas au secteur des marchés publics. Il existe d’autres façons de frauder l’État qui consistent à créer des doubles emplois dans l’exécution des dépenses publiques. Elles se traduisent notamment par des lignes de crédits affectées à des dépenses sans objet et dépourvues de tout caractère public. Des crédits affectés aux institutions inexistantes qui sont pourtant décaissés. »

Cette lecture est aujourd’hui largement partagé par bien des Guinéens épris de justice. L’extrait d’un rapport d’audit avait conclu sur le constat suivant :

  • 13% des marchés publics passés sont conformes aux règles et aux procédures ;
  • 63% des marchés publics passés sont non conformes aux règles et aux procédures ;
  • 24% des marchés publics passés n’ont pu être audités pour carence documentaire. Le résultat de ces audits commandés par le ministère de l’Économie et des finances sous la pression des partenaires extérieurs démontre que les 87% des marchés publics passés en Guinée sont entachés d’illégalité et laissent croire aux détournements massifs des deniers publics.

Ce tableau sombre a poussé le représentant de l’Union européenne en Guinée de mettre le pied dans le plat : «La Guinée peut même devenir indépendante de l’aide des partenaires avec une meilleure gestion des finances publiques », rapportent nos confrères de mosaïque Guinée. En attendant, cette mauvaise gestion des finances publiques fâche les forces sociales, lesquelles se voient pousser les ailes avec ce soutien à peine voilé de l’Union européenne.

 

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.