Célébration de la Journée mondiale du recyclage, Conakry croule sous les déchets plastiques

À peine une semaine après la fin de la Semaine nationale de la citoyenneté et de la paix (SENACIP), initiée par le ministère de l’Unité nationale et de la Citoyenneté, durant laquelle des campagnes de sensibilisation furent organisées dans les grandes villes du pays, notamment à Conakry, pour prendre conscience de la nécessité d’être des citoyens responsables, les rues de la capitale sont inondées de sachets plastiques, en grande partie à l’origine des déchets qui jonchent les artères de la ville. Si des entreprises locales produisent ces sacs plastiques, il n’existe par contre aucune spécialisée dans leur recyclage en Guinée. Ce qui complique le processus de ramassage de déchets issus des sacs plastiques.

Ce 15 novembre, l’humanité a célébrée la Journée mondiale du recyclage, que les protecteurs de l’environnement ont saisi pour rappeler que celui-ci est menacé. Les sachets usagés mettent plusieurs décennies pour s’autodétruire. «Il faut recycler les sachets, voire trouver un autre moyen de les remplacer purement et simplement par d’autres matières biodégradables», conseille un militant d’une association œuvrant dans la protection de l’environnement.

Malgré la pollution environnementale visible ça et là, les citoyens ne semblent pas se soucier de la question comme s’ils ignoraient les dangers qu’ils courent. Les autorités, de leur côté, doivent mettre en place des mesures permettant de recycler les sacs plastiques utilisés quotidiennement par la population.

Pour un citoyen interrogé à Conakry, l’Assemblée nationale doit aborder cette question, voter une loi assurant le recycle de ces sachets plastiques, au lieu de s’intéresser principalement aux questions politiques.

Thierno Diallo, Kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.