Centrafrique : un groupe armé quitte l’accord de paix, risque de reprise de la violence ?

L’un des 14 groupes signataires du nouvel accord de paix en Centrafrique avec les autorités du pays en février dernier, a décidé de quitter le compromis et de se retirer du processus de paix en raison de l’ossature du nouveau gouvernement.

L’accord signé le 6 février à Bangui et négocié durant plusieurs semaines à Khartoum au Soudan prévoyait la formation d’un « gouvernement inclusif ». Mais dans la nouvelle équipe gouvernementale, aucun ministère régalien n’a changé de titulaire. Six des 14 groupes armés concernés par l’accord ont obtenu un ministère. Pour exprimer son désaccord, le Front démocratique du peuple centrafricain (FPDC), qui fait partie  des 14 groupes armés signataires d’un accord de paix a annoncé son retrait dudit accord.

De plus, le poste de Premier ministre a été attribué à un proche du président Faustin-Archange Touadéra, son ancien directeur de cabinet Firmin Ngrebada. Les groupes armés, qui réclamaient à l’origine un Premier ministre issu de leurs rangs, n’ont pas eu gain de cause et espéraient des portefeuilles de premiere importance . Cette situation a fait donc partir un premier groupe armé de l’accord de paix et les observateurs craignent que d’autres groupes lui emboîtent le pas. Une situation qui risque de faire reprendre la violence dans un pays qui n’en est pas encore véritablement sorti.

beninwebtv.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.