Ces images de départ d’Alpha Condé qui indignent…

Outre les toutes premières images choquantes de sa capture, en cette maudite (ou bénie) aube du 5 septembre 2021, deux autres liées à Alpha Condé viennent remettre ça !

D’abord, une première image : l’ex-président en bavette, marchant, le regard fixé sur le sol, costume bleu de nuit enfilé avec cravate rouge-pâle et flanqué d’hommes tout aussi en costume noir dont un tient, au niveau des assailles droites, une valisette maronne, alors que des Bérets rouges sont aperçus juste derrière.

Ensuite une seconde : l’ex-président Alpha Condé, éternellement camouflé derrière ses lunettes de soleil est installé sur un siège d’avion. La main droite cachant une bonne partie du visage abaissé, pendant que l’autre main, la gauche est appuyé à l’accoudoir dudit siège. En face, juste en face, un homme en lunettes noires, apparemment le porteur de la valisette.

Ces deux images du leader du RPG, délogé depuis le 5 septembre 2021 par les hommes de MamadiDoumbouya ont fait le tour du monde. Pour l’ensemble, ces images indignent plus qu’un, au-delà du mépris, de l’arrogance, de la nuisance de la gouvernance vécue et dont les stigmates sont, pour l’essentiel incurables. Chacun y va de son commentaire. Certains tranchent dans le vif : Alpha Condé paie ainsi le prix de son arrogance. Ils vont jusqu’à traîner dans la dérision l’ancien homme fort de Guinée aux proverbes peu dignes d’un Chef d’Etat et aux impairs peu honorables d’un homme de son rang.

Pour d’autres, ces images d’Alpha Condé sont honteuses plus que celles vues au milieu d’une foule en liesse, presque en délire, sur les hauteurs de Bambeto, quelques heures après la chute contrariante de l’ancien opposant historique devenu plus tard, un despote en puissance.

Une seule et unique leçon se dégage de ses images qui indignent : le pouvoir qui rend manifestement ivre ne tient qu’à un fil. D’où le sens de l’humilité qui devrait habiter chacun des responsables prédestiné à gérer la République.

En tout cas, aujourd’hui, Alpha Condé, seul face à son destin n’est entouré que d’autres, pas un seul lieutenant RPGiste qui s’égosillait avec mépris et arrogance, sur les ondes, pour exiger un 3è mandat. Ceux qui n’ont pas changé de vestes, se sont tus. Ceux qui ont été rendus aphones cherchent plutôt à sauver leur tête. L’ex vieil homme de Sékhoutouréya est absolument seul. Une solitude qui inspire… 

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.