Cet inévitable clash entre opposition et pouvoir

Malgré le honteux démenti de Boureima Condé sur les ondes de la RFI, mardi matin, le clash entre les opposants et le pouvoir se révèle inévitable. Déjà, « L’opposition républicaine dénonce, avec véhémence, le recul en cours de la démocratie et des libertés publiques dans notre pays. »

Pour l’opposition républicaine, la décision d’interdire aux syndicats et aux mouvements de la société civile d’exprimer légalement et de façon publique leur mécontentement, suite à la hausse unilatérale du prix du carburant à la pompe, est une atteinte grave à notre Constitution qui garantit aux citoyens, la liberté d’expression et de manifestation. »

En réalité, Boureima Condé n’a fait qu’appliquer le vouloir du Premier ministre. On se rappelle en effet que Don Kass s’était insurgé contre les agissements des acteurs sociaux, syndicaux et politiques : «Lundi, ville morte, jeudi marche, etc. Nulle part au monde vous ne verrez cette situation. (…) Le champion Alpha Condé veut sortir le pays (…) mais on veut l’en empêcher. Entre la Loi et la République, je prends la République. »

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.