Chasse aux postes: des leaders sociaux dénoncés ou accusés ?

Quand on regarde autour de nous, avec les syndicalistes Rabi Diallo actuelle président du CES, Bakary Fofana, ancien patron de la CENI, Amadou Diallo, actuel patron CNTG, Balato, Sy Savané, etc. on est tenté de vite conclure comme le RPG: ce sont tous les mêmes et ils ne cherchent qu’à assurer leurs propres arrières. Le régime sait où les tenir. Il suffit de leur miroiter  des postes de responsabilité. Même si, désormais, le contexte a changé et les mandants plus exigeants et tranchants.

Omettant cet état de fait, le RPG a mis en branle sa machine de manipulation – des communicants – pour jeter le trouble dans la tête des Guinéens, notamment ceux portés sur les revendications sociales. C’est ainsi qu’il dénonce des prétendus SMS que des leaders sociaux auraient envoyé pour se trouver des postes. Bantama Sow l’a dit ouvertement le samedi dernier au cours de l’assemblée générale ordinaire du parti présidentiel. A sa suite, Damaro Camara revient à la charge pour tancer les uns et les autres. Aujourd’hui, c’est le tour des autres transfuges de l’UFDG de vouer aux gémonies Sekou koundouno et compagnies. « Koundouno et la majeure partie des membres de la société civile ne sont pas avec le pouvoir, mais la nuit ils envoient des sms aux ministres et leur demandent des choses. Je peux vous dire une seule chose, ils ont reçu quelque chose, que les gens qui marchent derrière eux leur réclame des comptes », accuse-t-on au RPG.

Déjà, une plainte est déposée à l’encontre de deux militants du RPG. Car, c’est une bonne manière pour eux, de jeter du discrédit sur les leaders de la société civile. Et donc, de tuer le mouvement, suite à des frustrations. Le RPG accuse beaucoup plus qu’il ne dénonce. Les visées sont connues.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.