CHERTÉ DE LA VIE : Le pouvoir incrimine les commerçants

 
Dos au mur en raison de la conjoncture économique que traverse la Guinée et contraintes à se justifier en ce mois de Ramadan, les autorités guinéennes semblent avoir trouvé l’accusé parfait : les commerçants. Dans une communication manifestement planifiée à dessein, les commerçants guinéens, tantôt dépeints comme des adversaires politiques, tantôt grossièrement assimilés à une seule communauté, sont présentés comme les seuls responsables de la hausse vertigineuse que connaissent les prix des denrées de première nécessité dans les marchés guinéens.
Incapable d’assumer ses choix au risque d’essuyer la colère des citoyens, l’Etat guinéen se défausse sur les commerçants. Alors qu’en début d’année, il a consciemment décidé de la hausse de toutes les taxes et de leur généralisation à tous les produits, le voilà qui, au moment de la justification, trouve un bouc-émissaire. Guidé par la mauvaise foi, il s’en prend ainsi aux commerçants qu’il n’arrive manifestement pas à éteindre. Ainsi, ces derniers passent tout à la fois pour d’impitoyables et apatrides citoyens qui, ne se préoccupant nullement de la misère et des souffrances de la population, courraient éperdument après des profits sans cesse mirobolants.
Surtout qu’en plus, aux yeux du pouvoir, ces mêmes commerçants seraient des opposants au pouvoir actuel. En effet, pour les communicants au service du gouvernement, les commerçants, tous favorables à Cellou Dalein Diallo, useraient de tous les moyens pour nuire au régime en place. La hausse des prix serait alors liée à cette envie d’aider l’opposition à agenouiller le pouvoir actuel en montant les populations contre lui. Forçant le trait, un des tenants de cette tactique discriminatoire s’est même autorisé une accusation aussi infamante que celle-ci :
Quand vous voulez acheter quelque chose et que vous vous adressez à eux en disant djaaraama, on ne vous vend pas le produit au même prix que si vous aviez salué dans une autre langue.
C’est dire qu’on ne recule devant rien. Malheureusement, c’est ce type de raisonnement qui continue de miner les fondements de la Nation.
Anna Diakité, www.kababachir.com
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.