Classement sur la liberté de la presse : La Guinée chute de 6 places

Reporters sans frontières (RSF) dévoilé mercredi 20 Avril,  l’édition 2016 du Classement mondial de la liberté de la presse. L’évolution générale témoigne d’un climat de peur généralisée et de tensions qui s’ajoute à une emprise des Etats et des intérêts privés de plus en plus grande sur les rédactions.

Ce classement, publié depuis 2002, s’appuie sur une série d’indicateurs: pluralisme, indépendance des médias, environnement et autocensure, cadre légal, transparence, infrastructures et exactions. Christophe Deloire, le secrétaire général de RSF, y voit «une forme de paranoïa contre l’exercice légitime du journalisme» développée par de très nombreux dirigeants. «Le climat général de peur entraîne une haine croissante du débat et du pluralisme, un verrouillage des médias par des gouvernements en pleine dérive autoritaire et liberticide, l’emprise grandissante d’intérêts particuliers sur l’information dans le secteur privé», analyse-t-il.

Ce palmarès – qui fait référence dans l’ensemble du monde  révèle les positions relatives de 180 pays au regard de la latitude d’action de leurs journalistes.

« Malgré une vague de libéralisation dans les années 1990 on assiste encore trop souvent à des pratiques arbitraires de censure, intensifiées récemment au nom de la lutte contre le terrorisme, et des atteintes violentes contre les journalistes, souvent dans la plus grande impunité », dénonce Reporters sans frontières dans un rapport.

L’état de la liberté de la presse reste également préoccupant au Mali, en Guinée, au Nigeria, au Tchad, au Cameroun, ou encore au Congo-Brazzaville, qui se situent tous entre la 100e et la 150e place mondiale.

La Guinée qui occupait la 102 place l’année dernière, chute et occupe la 108ème au monde. En Afrique, la Namibie occupe toujours la tête du podium (17 ème) dans le rang mondial. Le Ghana (26ème) se pointe à la deuxième place suivi par le Cap-vert (32 eme)

Au vu des indices régionaux, il apparaît que l’Europe (19,8 points d’indice) demeure la zone où les médias sont les plus libres, suivie (de loin) par l’Afrique (36,9), qui, fait inédit, passe devant les Amériques (37,1), l’Amérique latine étant plombée par les violences accrues contre les journalistes. Suivent l’Asie (43,8) et l’Europe de l’Est et Asie Centrale (48,4). L’Afrique du Nord/Moyen Orient (50,8) reste la région du monde où les journalistes sont les plus soumis à des contraintes de toutes sortes.

Avec  RSF

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.