CNOSCG-PCUD : La rivalité, encore et toujours

Si la société civile guinéenne peine à faire face à certains grands enjeux de la Nation à l’image de la polémique autour d’un troisième mandat, c’est parce qu’elle est ruinée de l’intérieur par des querelles et des rivalités qu’elle n’arrive pas à juguler. Tout au contraire, la guerre fait encore rage entre le Conseil national des organisations de la société civile guinéenne (CNOSCG) et la Plateforme des citoyens unis pour le développement (PCUD). Ce mercredi, on a de nouveau pu mesurer l’étendue de cette rivalité à travers une intervention médiatique de Dansa Kourouma, le patron du CNOSCG.

Cette intervention avait lieu à l’occasion de l’ouverture, ce jour-même et en Guinée, de la cinquième édition du Forum social ouest-africain. Une rencontre qui, pendant trois jours, réunit les sociétés civiles et les mouvements syndicaux de 14 pays ouest-africains autour du thème « Quelle gouvernance en Afrique de l’ouest, dans un contexte de crise sociopolitique, sécuritaire et économique ». Le thème en lui-même se décompose en de nombreux sous-thèmes qui seront déclinés à travers des conférences, des ateliers et des panels.

En marge donc de cette intervention, Dansa Kourouma interrogé sur la pertinence d’une si grande manifestation alors même que la société civile guinéenne n’arrive pas à organiser ses propres Etats généraux, n’a pas fait de cadeau à la PCUD. En effet, il faut savoir que les Etats généraux sont une idée chère au groupe que pilote l’ancien ministre, Abdourahmane Sano. Ainsi donc, la réponse de Dansa Kourouma est la suivante : « Les Etats-généraux, ce n’est pas un concept de la société civile. En la matière, le concept consacré est le Forum social que la Guinée a toujours organisé ». En filigrane, on voit une démarche visant à se moquer de l’adversaire et à délégitimer son principal chantier.

Anna Diakité, www.kababachir.com 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.