Le code électoral taillé sur mesure : ce qu’en pense le RPG

« On n’a pas taillé sur mesure. Il n’y a pas que l’UFDG et le RPG à l’Assemblée nationale mais nous avons cru éviter ainsi des listes farfelues mais on nous dit que ça brisait l’égalité de départ entre toutes les listes et que c’était inconstitutionnel. A partir du moment où la Cour constitutionnelle a rendu  cet arrêt, le débat est clos. »

La mouvance, à travers Damaro Camara, balaie ainsi d’un revers de main, l’accusation selon laquelle le code électoral est taillé sur mesure. Pour lui, il ne reste plus au cabinet juridique du président de la République que de faire la mise en forme pour soumettre à la signature à la promulgation et la loi en tant que telle s’imposera à tout le monde. Peu rassurant pour certains observateurs.

En effet, pour cet analyste, il y a trop de zones d’ombre et de floues sur la mécanique et/ou procédure d’application transparente du Code électoral à la lumière de ce que vient d’expliquer Damaro.
Par contre, insiste-t-il, le couplage des élections dans le futur, après les Communales et après la fin du 2ème mandat d’Alpha Condé constituerait une grande économie financière,du temps et de confrontation entre les partisans des différents partis politiques opposés. Ce même analyste estime qu’il est loisible de réduire au 2/3 les membres de la CENI, « pour réduire les coûts et inclure quelques membres issus de la société civile crédible, neutre et indépendante et représentants des 4 régions naturelles de la Guinée. »

Il exclue quand même toute implication du département de Boureima Condé dans l’organisation des élections, afin d’éviter tout favoritisme. En réalité, c’est une autre bataille de l’opposition, qu’est cette implication présumée des élus locaux, préfets et gouverneurs de régions dans la gestion des élections.

 

Jeanne Fofana,Kababachir.com

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.