Communales en février 2017 : risque de report !

Une réelle friction pourrait intervenir après la clôture de la session parlementaire, dans les prochains jours. Si et seulement si, le Code électoral n’est pas révisé comme le suggèrent les accords politiques inter guinéen. Et pourtant, la question ne semble pas intéresser les députés dont la session se clôture en décembre.

Quoi qu’il en soit, si leur proposition de modification passe, « il faudra, au regard du pacte de convergence  de la CEDEAO qu’il y ait un délai de 6 mois entre la mise en force d’une loi et l’organisation d’une élection. Donc, si la loi passe au mois d’avril, il faudrait au minimum 6 mois avant que les élections communales ne soient organisées si on veut respecter les procédures que l’Etat guinéen a ratifiées », se lâche Bah Oury, déjà opposé à ladite modification. Il a même signé une pétition contre ces dits accords politiques. Pour lui, les élections communales dans ce cas de figure n’auront lieu qu’au plus tôt en octobre. Donc, poursuit-il, ceux qui parlent des raccourcis pour aller vite cela veut dire que ce qu’ils ont fait, viole les principes républicains et donne un avant-goût de violation de la Constitution. Ce qui revient à dire qu’il y a un gros risque de report des consultations communales.

Il n’empêche qu’au niveau de l’UFDG, on exclue le couplage pour une raison évidente :« Dans le Code électoral, la durée de mandat dans les quartiers est fixée pour 4 ans, la Commune pour 5 ans. Même si vous arrivez à les coupler cette année, la prochaine fois, vous ne pourrez pas parce que les mandats ne finissent pas au même moment. » Pour Aliou Condé de l’UFDG, « Il faut faire en sorte dans un premier temps qu’on réussisse à mettre ensemble les communales et les districts, plus tard, coupler la présidentielle et les législatives, comme cela se fait ailleurs. Cela, pour qu’on ait au maximum deux élections dans un cycle de cinq ans. »

Aujourd’hui, c’est bien l’incertitude qui guette. Plus de six ans, avec l’arrivée d’Alpha Condé, on ne parle que d’élections et d’échéances. Les grandes priorités et défis attendent toujours.

 

L’éternel recommencement.

 

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.