Comment la Communauté Internationale a-t-elle imposé Alpha Condé à la Guinée pour son deuxième mandat?

Les Guinéens se souviendront longtemps des gravissimes bavures qui ont caractérisé la fameuse Élection Présidentielle d’octobre 2016. C’était véritablement inédit sur le continent africain. C’est d’ailleurs à cette occasion que la culture du « Coup KO » s’est instituée un peu partout en Afrique, faisant de notre Professeur National le génie inventeur de ce système d’hold-up électoral. Nonobstant les interminables dysfonctionnements enregistrés, si les résultats véritablement sortis des urnes étaient respectés, à défaut d’un deuxième tour, c’est le candidat de l’UFDG qui en sortait victorieux.

C’est du moins à en croire nos sources proches du Palais Présidentiel. Dès que le Chef de Mission d’Observation de l’Union Européenne avait commencé à être regardant sur les manœuvres de la CENI, tout en exigeant le minimum de transparence pour combler les légitimes attentes du Peuple, Bakary Fofanah alla s’en plaindre auprès du Professeur National. Séance tenante, le Professeur-Président prit son téléphone et joigna tous les grands dirigeants de l’Union Européenne pour incriminer le pauvre Chef de Mission.

Les minutes qui suivront ces différentes communications seront marquées par des appels pressants en provenance de Bruxelles, intruisant le Chef de Mission de jouer le jeu de la Communauté Internationale dont le choix portait, non pas sur celui qui aura la confiance du Peuple, mais plutôt sur le candidat ayant coopté cette fameuse Communauté Internationale à coup de millions de devises étrangères et autres contrats très controversés : Alpha Condé en l’occurrence.

Pour justifier cette manœuvres machiavéliques, on menaça le Chef de Mission d’assumer l’entière responsabilité d’une éventuelle instabilité de la Sous-région Ouest-Africaine au cas où il soutiendrait des résultats favorables à l’élection de Cellou Dalein Diallo, non sans qualifier gratuitement le leader de l’UFDG de politicien incendiaire dont la victoire pourrait plonger beaucoup de pays voisins de la Guinée dans le chaos. C’est ainsi que le discours du Chef de Mission avait automatiquement changé, affirmant que les « graves dysfonctionnements enregistrés n’entachent pas la crédibilité du scrutin ». Les résultats sont connus de tout le monde.

Quel paradoxe!

Mandian Sidibé, Dakar

  1. alineDK dit

    Alpha conde lui meme il saist avec ces « partisants » qu’en 2010 et en 2016 ils ont fait un hold up aide par qui on sait.. Bolloré va etre rattrape de ses 2 millions remis a Alpha en sept 2010 à Paris par l’intermediaire d’Albert BOUGI pour acheter sa mise en orbite. Ce n’est qu’une question de temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.