Conakry et Ankara : les dessous d’un ‘’voyage d’affaires’’

Alpha Condé était récemment en Turquie. A la tête d’une délégation guinéenne, le président guinéen était allé officiellement pour « renforcer davantage les solides relations diplomatique et économique qu’entretiennent nos deux pays. »

Il reste qu’il se murmure dans les couloirs de la haute sphère administrative et diplomatique que le locataire de Sékhoutouréya repart à Ankara pour se faire caresser dans le sens du poil, après qu’il a été contraint, le premier, à plier en fermant les Ecoles turques ‘’La Citadelle’’. Une fermeture qui fait suite au putsch avorté du 15 juillet dernier dont l’accusé N° 1 est selon Ankara, le prédicateur et ex-ami de Recep Tayyip Erdogan devenu ennemi. Son nom : Fethullah Gülen, en exil aux Etats-Unis. En ployant devant cette exigence du président turc, Alpha Condé semble avoir gagné des points, d’où cette visite effectuée dans la capitale turque, avec une cohorte de patrons d’entreprises guinéennes et de ministres de la République.

Au-delà de l’accroissement du volume des échanges commerciaux qui se chiffrent, selon Conakry aux alentours de 69 millions USD, Alpha Condé ménage, drague Ankara qui, par ailleurs, peut valablement imposer à Conakry sa politique d’ingérence dans les affaires intérieures. Cette ingérence se traduit par l’extorsion des biens personnels que vise et met en exécution le président Erdogan : récupérer les établissements créés sous l’influence de Fethullah Gülen.

Par ce geste donc, Alpha Condé s’invite non seulement dans un conflit interne, mais il confisque le bien d’autrui pour l’octroyer à un autre. On comprendra aisément que le voyage d’Ankara cache bien d’autres manœuvres diplomatico-politiciennes voulues et imposées par Erdogan, un président dont Alpha Condé veut ressembler désormais. Après avoir échoué avec ses autres modèles que sont Obama et Mandela. Ankara et Conakry scellent ainsi un deal aux relations vraiment dangereuses. Du moins, pour le moment…

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.